Test – Tohu, un voyage onirique qu’on ne veut pas voir finir

Voir sur le Microsoft Store

Créé par Fireart Games, petit studio indépendant polonais, Tohu est un Point and Click qui se goûte comme un bonbon Arlequin. Il attire d’abord le regard par ses couleurs délicates. Puis on prend le temps de le déguster et il nous rappelle alors la douceur de l’enfance. Vient enfin l’acidité. Celle-ci interpelle, comme l’inaction de tous les protagonistes face à une planète qui se meurt. Je vous propose de découvrir plus en détail la saveur de cette petite gourmandise.

Tohu - La fillette est à bord de l'hélicoptère moustique

Un terrain de jeu de l’étrange

L’action de Tohu se déroule sur une planète-poisson où vivent en harmonie toutes sortes de créatures extraordinaires et parmi elles, une fillette. Un beau jour, un mystérieux inconnu apparaît et se met à tout saccager. N’écoutant que son courage, et parce que personne d’autre n’a l’air décidé à passer à l’action, la petite fille part à l’aventure pour arrêter le carnage. Elle est accompagnée dans son périple de son ami robot, Cubus. Elle n’a pas de nom mais en hommage à une autre jeune fille qui s’est donnée pour mission de sauver sa planète, nous l’appellerons Greta.

Vous vous dites peut-être que le cliché xénophobe de celui qui vient de l’extérieur pour ruiner notre beau pays ce n’est pas terrible comme point de départ et vous avez raison. Mais détrompez-vous, le dénouement vous révèlera que l’inconnu ne l’est pas tant que ça et qu’il agit en réalité pour le bien de la planète.

Tohu - La fillette fait face à un escargot-orgue

Un grand soin apporté aux détails

Entièrement dessiné à la main, l’ensemble des décors fourmille de mille et une petites bizarreries. Le souci du détail est porté jusque dans les animations. Ainsi par exemple, au moment d’activer trois interrupteurs, j’ai constaté que le personnage interagissait de trois manières différentes. Rien que la façon dont Greta se déplace en sautillant, avec l’air toujours enjoué, a de quoi faire fondre même les cœurs de pierre.

Cela peut paraître anodin mais toutes ces petites attentions rendent l’héroïne très attachante. Le simple fait de s’arrêter quelques instants et d’observer le moindre des éléments qui compose chacun des tableaux est réjouissant. La mécanique s’y entremêle avec la nature. On ne sait où commence l’une et où s’arrête l’autre. Cela fait écho à la situation de notre propre planète sur laquelle la masse totale des objets fabriqués par les humains a désormais dépassé celle du vivant.

Tohu - La fillette à la fête foraine

Une difficulté très modérée

Les énigmes sont pour la plupart très accessibles. En cas de blocage, vous pouvez tout de même bénéficier d’indices pour chacun des tableaux. Il n’y en a qu’une, avec des bambous à aligner pour faire couler de l’eau, qui m’ait vraiment donné du fil à retordre . C’est le genre où on doit actionner successivement des leviers mais quand on en bouge un, la position des autres change également. Je ne vous cache pas qu’avec onze bambous à aligner, la technique du “on fait n’importe quoi et ça va finir par passer” n’a pas fonctionné. J’ai dû remballer ma fierté et regarder la solution.

Le seul petit reproche que je pourrais faire à Tohu concerne la sélection des articles. Cela a clairement été pensé pour le PC mais pas adapté à la console. Les items se situent en haut à gauche de l’écran et il faut faire tout le chemin qui sépare votre pointeur du coin à l’aide du joystick droit. Cela se révèle assez lourd alors qu’on aurait pu imaginer les parcourir avec les gâchettes ou via une roue de sélection.

Tohu - La fillette a illuminé la pièce

Une excellente découverte

Tohu est un Point and Click de bonne facture que j’ai terminé en un peu moins de sept heures. Cette aventure est rendue extrêmement attachante par le personnage de la fillette. Les puzzles ne présentent, quant à eux, pas de grande difficulté. J’ai tout de même passé un excellent moment non seulement à les résoudre mais aussi à découvrir cet univers enchanteur dont le moindre détail est un ravissement pour les pupilles. Si la sélection des items apporte une petite ombre au tableau, celle-ci s’efface vite devant tout le reste et ne parvient pas à entacher le plaisir de jeu.

Critères d’accessibilité

Déficience VisuelleDéficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée)Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
 Option daltonismeSons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

Détails TVFull HDJeu fourni par l’éditeuroui
ConsoleXbox OneTemps passé sur le jeu7 heures
Niveau de difficultéXJeu terminéoui

+ Les plus

  • Une esthétique soignée
  • Une héroïne attachante
  • Des énigmes accessibles au plus grand nombre
  • Une profondeur inattendue

- Les moins

  • La sélection des items

2

  1. très très bon jeu

  2. Je ne l’avais pas du tout en ligne de mire mais le test donne envie. Je retiens. 🙂

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription