Test – Townsmen A Kingdom Rebuilt, le travail c’est la santé

Townsmen est un jeu de gestion où on doit bâtir et développer sa cité. Loin des préoccupations de la vie moderne, plongeons dans un univers où les congés payés n’existent pas, où tout le monde est content de travailler le dimanche, où « jour férié » est un gros mot et où même la nuit a été abolie pour pouvoir travailler en continu. Ah qu’est-ce que c’était bien quand les masses étaient ignares et obéissantes !

Townsmen - descriptif d'une potence“Cœur à l’ouvrage n’a pas fière allure”, Gauvain – Kaamelot

Pour faire prospérer son activité, il faut gérer l’affectation des travailleurs mais aussi leur niveau de satisfaction. En effet, des habitants mécontents feront grève ou partiront. Il sera ainsi nécessaire d’alléger le niveau des taxes, de leur prévoir des divertissements ou de décorer la ville avec notamment des potences pour une bonne ambiance ! Il y a également un aspect militaire mais qui reste limité à l’affectation de quelques soldats à des postes de garde pour se défendre contre des raids de bandits.

Des évènements climatiques affectent périodiquement votre ville. En hiver, certains bâtiments peuvent être détruits par des avalanches, le marchand peut être bloqué par la neige. Les saisons ayant un impact sur l’environnement, il faut par exemple penser à diversifier ses sources d’alimentation en chassant ou en pêchant car les récoltes ne poussent pas en hiver. La gestion de notre communauté est facilitée par le fait que les ressources ne se tarissent jamais. Il faut tout au plus un certain délai pour qu’elles se renouvellent mais on ne se trouve jamais totalement à court. Il ne sera donc pas indispensable de partir toujours plus loin à la recherche de matières premières. La construction d’un marché offre la possibilité de commercer. Un marchand ambulant viendra périodiquement pour échanger des denrées. La construction d’une guilde du commerce permet d’automatiser certains échanges et de nous libérer de cette corvée. Les bâtiments subissent des dégradations mais il est possible de s’adjoindre les services d’un menuisier qui se chargera de tout réparer si vous avez assez de ressources.

L’ergonomie est réellement pensée pour la console. Inévitablement, à mesure que la cité s’étend, il est de plus en plus difficile d’y naviguer d’un bâtiment à l’autre. Heureusement, un système de notifications nous prévient dès qu’un évènement se produit et nous permet de gérer rapidement les problèmes. Il manque du blé ? Affectez un second travailleur à la récolte pour que le meunier puisse travailler sans interruption. L’affectation de travailleurs se fait d’ailleurs tout aussi simplement, via le BMD. Outre le didacticiel, un mode histoire contenant 26 scénarios et un mode libre avec 24 maps nous sont proposés. Le DLC Seaside Empire inclus ajoute à cela 6 scénarios et 9 maps. Si les agencements varient de l’une à l’autre, les environnements n’apportent en revanche aucune variation et peuvent lasser.

Townsmen - Ecran de jeu montrant un châteauOù sont les femmes ? Chez elles à faire les boniches.

Avec son aspect un peu naïf et sa musique douce, Townsmen offre la vision d’un moyen âge idéalisé dans une nature verdoyante où tout le monde vit en harmonie. Il peut arriver que vous passiez un peu de temps à attendre d’avoir assez de ressources, surtout au début. Si comme moi vous zoomez sur l’activité des villageois, vous vous apercevrez que les activités qui enrichissent directement la cité sont attribuées aux hommes (fermier, mineur, forgeron, boulanger). Les femmes sont, quant à elles, reléguées à la sphère domestique. On les voit faire des aller-retours entre le marché, le puits et leur maison. Mais en même temps c’est vrai que le jeu s’appelle Townsmen et pas Townspeople…

Pourquoi prendre ce parti en 2020 ? D’autant plus qu’en 1999, Age Of Empires II faisait bien travailler hommes et femmes indistinctement. Est-ce par souci de coller à la réalité ou simplement révélateur d’une certaine idée des femmes ? Je vous rappelle au passage que les ressources naturelles sont illimitées. Par ailleurs, comme chez les pigeons on ne voit pas d’enfants. Les habitants arrivent miraculeusement à l’âge adulte. Est-ce réaliste ? Dans les faits, si les femmes étaient juridiquement inférieures et définies en fonction de leur père ou de leur mari, elles n’en participaient pas moins à l’activité économique. Malgré des variations dans l’espace et dans le temps, les femmes du peuple n’ont pas cessé de travailler en dehors du foyer. A la campagne, les femmes participaient aux travaux des champs, à la garde des troupeaux, aux différents travaux de la ferme et à la revente des produits de l’exploitation. À la ville, elles assistaient leur mari dans leur activité d’artisan et pouvaient reprendre l’activité après la mort de leur mari. De plus, si certaines activités étaient très marquées par le genre comme le textile ou encore le soin de femmes en couches, on trouve également des femmes orfèvres, forgeronnes ou souffleuses de verre. Pour approfondir un peu sur le statut des femmes au moyen âge, je vous conseille d’écouter Julie Pilorget, agrégée d’histoire, au micro de Tewfik Hakem sur France Culture.

Nous avons vu que l’argument historique ne tient pas. Alors pourquoi, dans ce cas, véhiculer des représentations fausses ? Parce qu’il ne s’agit « que » d’un jeu ? Que le message n’est pas mis en évidence ? Ce n’est pas suffisant. Je veux bien croire que cela ne relève pas d’un choix réfléchi mais d’une représentation erronée intégrée et reproduite de manière inconsciente. On peut bien sûr relativiser la portée du jeu mais il est désolant de voir, encore aujourd’hui, que cela semble normal de nier la contribution des femmes à la société.

Une simulation de bonne facture

Townsmen est plutôt réussi tant au niveau de la prise en main que de l’ergonomie adaptée à la console. Le titre est axé sur le développement économique, ne vous attendez donc pas à livrer des batailles épiques. Bien que j’y ai joué sans déplaisir, je pense que le manque de variété des environnements peut finir par lasser. Un autre point lassant est le sentiment de nostalgie qui s’en dégage vis à vis d’un monde où chacun était « à sa place » , qui aurait été en l’occurrence le foyer pour les femmes.

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

Détails TVFull HDJeu fourni par l’éditeuroui
ConsoleXbox OneTemps passé sur le jeu10 heures
Niveau de difficultéFacile / NormalJeu terminénon

 

+ Les plus

  • Parfaitement adapté à la console
  • Prise en main facile
  • Automatisation de tâches fastidieuses
  • Evènements climatiques influant sur le jeu

- Les moins

  • Redondance des environnements
  • Traitement des femmes
  • Aspect militaire peu développé

3

  1. Un petit simulateur de vie de l’époque sans prétention mais bien jouable sur consoles en somme. Merci pour le test Sourille ! 🙂

  2. Dommage que le coté militaire soit minimaliste.

Vos réactions

Mot de passe oublié