Test – TT Isle of Man 2, une ôde au monde des deux roues

Voir sur le MS Store

Sorti le 6 mars 2018, autrement dit il y a presque deux ans, TT Isle of Man: Ride on the Edge avait marqué les esprits par son réalisme, ses sensations de conduite impressionnantes et son aspect simulation pure, même si on lui reprochait son manque de contenu et son pilotage manquant de souplesse. Le studio avait impressionné par la grande qualité de la modélisation de l’île, où chaque détail a son importance pour les développeurs, que ce soit au niveau de l’environnement ou des motos. KT Racing avait choisi de se concentrer sur le Tourist Trophy de l’île de Man, course jugée par les motards comme la plus dure au monde, le Nurburgring de la moto en somme. Lancés à des vitesses ahurissantes, les pilotes se lancent à tombeau ouvert sur les 60 kilomètres de routes de l’île de Man, traversant des villages, virevoltant sur les routes zigzagantes de la campagne mannoise, sur le bord de mer ou sur de longues lignes droites au milieu des rangées d’arbres bordant les routes. Ne se déroulant pas sur un circuit au revêtement parfait et plat, mais sur des routes classiques au profil variable, chaque trajectoire mal négociée peut se terminer de façon dramatique, comme cela a trop souvent été le cas dans l’histoire de la course. Pour ce second opus de la saga TT Isle of Man, KT Racing s’est associé au pilote français Julien Toniutti, habitué de la course et détenteur du record tricolore du tour sur cette épreuve, afin qu’il puisse les aider à parfaire la physique des motos, leurs caractéristiques, celles du circuit (repères visuels, zones d’accélération, de freinage,…) mais aussi pousser le réalisme du jeu au niveau supérieur tout simplement.

TT-Isle-Of-Man-2-Ecran-Paramètres-Motos

Niveau contenu, l’essentiel est là

La modélisation méticuleuse et réaliste de l’île de Man était un des aspects qui avait particulièrement marqué dans le précédent opus. Comme cela nous avait déjà été indiqué lors de la Gamescom 2019, TT Isle of Man 2 suit la même trajectoire. En effet, on a prit beaucoup de plaisir à parcourir la multitude de routes de Grande-Bretagne et d’Irlande, tellement la grande variété de paysages traversés flattaient la rétine. Cependant, tandis que le premier volet jouait la carte de la diversité au niveau des motos, son successeur a vu plus restreint puisque seulement 18 véhicules sont disponibles, réparties en trois catégories (Classic, Superbike et Supersport). Exit donc les véhicules un peu exotiques tels que les side-cars.

Au niveau des modes de jeu, TT Isle of Man 2 fait dans le classique avec les traditionnels modes Carrière, Contre-la-Montre et Tutoriel, agrémentés d’un mode Conduite Libre vous permettant de pouvoir rouler sans aucun enjeu et de vous entraîner sur les routes irlandaises. Du côté du multijoueur, vous aurez le choix entre jouer en ligne ou en local jusqu’à huit joueurs, mais uniquement en mode « Hot Seat », c’est-à-dire que chacun des joueurs se lanceront à tour de rôle sur la piste pour y effectuer le meilleur temps possible. Point de mode écran splitté ici, même à seulement deux joueurs.

TT-Isle-Of-Man-2-Calendrier

Un mode Carrière qui s’améliore… mais peut mieux faire

Il s’agit ici de l’un des points négatifs du précédent opus, puisqu’on reprochait à celui-ci de ne pas proposer beaucoup de diversité, rendant son mode Carrière particulièrement monotone. Ici, une fois la création de votre pilote achevée et votre première moto sélectionnée, on vous indique que vous avez maintenant votre licence pour le Tourist Trophy, mais que pour avoir l’honneur d’y participer, vous devrez réussir à vous démarquer dans la division Junior du TT et dans le championnat d’Irlande.

Une fois votre première course achevée, vous recevez plusieurs propositions de contrats, chacune avec ses propres objectifs. Dans le mode Carrière, la réputation, l’argent et les points avantages seront les trois ressources sont particulièrement importantes pour votre progression. Ces derniers, obtenables à la fin de chaque course, peuvent avoir un réel impact sur vos performances, votre réputation et sur vos gains. La rareté et la quantité de points obtenus dépendent de votre résultat final. Il en existe quatre types :

  • Mécaniciens ;
  • Ingénieurs ;
  • Influence ;
  • Assurance.

Une autre nouveauté de TT Isle of Man 2 est la gestion de votre calendrier de courses, ce qui vous rappellera sans doute WRC 8, autre production KT Racing. Celui-ci vous présentera toutes les courses disponibles, sachant que certaines ne sont accessibles que si vous remplissez des conditions particulières. En effet, pour y participer, vous devrez avoir au préalable montrer votre valeur. De plus, certains jours, plusieurs courses peuvent être disponibles, s’étalant sur une durée plus ou moins longue. Attention donc à bien surveiller ces paramètres lors de vos choix. Outre la Carrière, une zone de défis est également disponible. Il s’agit d’un mode dans lequel vous devrez relever des challenges de différents types sur les routes irlandaises (courses à l’élimination, course-poursuite, endurance et objectif de vitesse) afin de gagner des médailles vous permettant de débloquer de précieuses récompenses à utiliser dans la Carrière (nouvelles livrées et pièces pour vos motos ainsi que de l’argent). Plus vous augmenterez votre réputation, plus vous aurez accès à davantage de défis.

TT-Isle-Of-Man-2-Gameplay-Ile-De-Man-4

Une immersion réussie dans le monde du Tourist Trophy

TT Isle of Man : Ride on the Edge s’était déjà démarqué en 2018 par son gameplay typé simulation, qui jouait la carte du réalisme plutôt que celle de l’accessibilité. Si vous aviez apprécié cet aspect, alors soyez heureux puisque le deuxième opus reprend la même route, sans oublier au passage de s’améliorer pour être encore plus efficace, grâce notamment à l’aide du pilote français Julien Toniutti. En effet, la physique des motos est vraiment réaliste. Même sans avoir jouer au précédent jeu, on constate vite qu’on a clairement affaire à une simulation pure et dure. Toutefois, l’équipe de développement a considérablement travaillé pour rendre le pilotage plus souple par rapport à son prédécesseur. Évidemment, le pilotage d’une moto n’a rien à voir avec celui d’une voiture donc attention, notamment dans votre façon d’aborder les virages.

Au niveau des paramètres de votre bolide, il est impératif de contrôler l’état et la température des pneus, des freins et du moteur. En effet, si ceux-ci sont trop entamés, celui-ci risque de devenir vraiment incontrôlable. TT Isle of Man 2, comme son prédécesseur, n’est certes pas un Die and Retry, mais fait partie tout de même de ces jeux où il faut accepter d’échouer, de chuter pour apprendre de ses erreurs et se perfectionner.


N.B : Un détail montrant que les chutes font partie de la philosophie du jeu est la présence d’un succès à débloquer au bout de 50 chutes.


Concernant le ressenti de la vitesse, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on le perçoit clairement… et pas qu’un peu. Même sans faire attention au compte-tours, vu la vitesse à laquelle les paysages défilent autour de nous, on comprend bien qu’on roule à haute voire même à très haute vitesse. Cette impression est même amplifiée grâce au son de qualité émis par le moteur de la moto et au bruit du vent autour de nous. De plus, différentes caméras sont disponibles pour s’adapter aux envies de chacun. Toutefois, mention spéciale à la nouvelle vue de l’intérieur du casque, qui offre de sacrées sensations de conduite et permet de se faire une idée de ce que les pilotes doivent ressentir. Du côté de l’IA, celle-ci a aussi été améliorée puisqu’elle a désormais un comportement plus logique et est moins sujette aux accidents stupides, qui étaient trop nombreux dans le premier volet. Enfin, lors de mes sessions de jeu, j’ai pu constater à quel point le gameplay de TT Isle of Man 2 est particulièrement punitif car la moindre erreur peut se terminer en accident. Par exemple, avoir une roue sur un trottoir et l’autre sur la route peut suffire à déstabiliser la moto et en provoquer un. Ces crashs sont souvent spectaculaires, même si pas toujours vraiment réalistes. En outre, comme si cela ne suffisait pas, vous pouvez perdre 10 % de vos gains potentiels à CHAQUE FOIS que vous recommencez une course ! Ainsi, non seulement vous devez faire très attention à votre pilotage, mais le jeu semble aussi montrer qu’il n’accorde pas de nouvelle chance trop facilement pour autant.

Des graphismes qui flattent la rétine

Comme nous avons pu le dire par le passé, et notamment dans notre preview du jeu à la Gamescom 2019, les graphismes de TT Isle of Man 2 sont saisissants car tout est très bien modélisé et, on le sait, avec un réel souci de réalisme par rapport aux lieux représentés. En effet, chaque détail est à sa place, que ce soit un rocher, un lampadaire, un arbre, une maison,… En outre, dans des moments de la journée comme l’aube ou le crépuscule, les effets de lumière sont absolument réussis, même un peu trop éblouissants pour le coup. Effectivement, à certains moments il m’est arrivé de davantage me fier à l’orientation du bas-côté de la route pour en suivre l’orientation tellement j’étais aveuglé par le soleil.

Les motos d’ailleurs ne sont pas en reste côté modélisation. Petits détails appréciables d’ailleurs, c’est que, quand il m’arrivait de beaucoup me pencher pour prendre certains virages, le frottement du câle-pied sur le bitume provoquait des étincelles. C’est peut-être un détail, mais qui renforce tout de même le côté crédible du jeu. Côté performances, la grosse majorité du temps, le décor défile à toute vitesse et de façon parfaitement fluide. En effet, aucune chute de framerate n’a été remarquée lors de mon test sur Xbox One X. Malgré cela, les environnements sont riches, colorées, vraiment agréables à regarder, si du moins on avait le temps de le faire… Néanmoins, vu la richesse des décors et la vitesse à laquelle ils défilent, un important clipping d’éléments en arrière-plan est à déplorer.

Conclusion

Misant sur les forces de son prédécesseur, TT Isle of Man 2 m’a réellement bluffé par son réalisme et les sensations qu’il procure. Toutefois, une chose est à prendre en considération dès le début, c’est que vous allez devoir vous accrocher parce que ça va être dur. En effet, avec son gameplay typé simulation, le jeu est très punitif et exigeant. Cependant, si vous gardez à l’esprit que malgré les chutes il faut repartir de l’avant et apprendre de ses erreurs, vous serez armés alors pour relever le challenge de l’île de Man. Le sentiment de réussir à boucler un tour complet sans accident n’en sera alors que plus jouissif. Concernant les sensations de pilotage dont je parlais plus haut, certes la maniabilité de la moto est particulièrement ardue, mais l’impression de vitesse est tout simplement hallucinante. Que ce soit en vue extérieure ou du point de vue du pilote, on a clairement la sensation de débouler vraiment très vite. Si vous arrivez dès le début à accepter que vous allez devoir batailler dur pour dompter les 60 kilomètres de l’île de Man, vous allez ressentir une immersion comme j’en ai rarement connu dans un jeu de motos. Certes, des efforts doivent encore être apportés du côté du contenu et des modes de jeu comme le mode Carrière, mais concernant le gameplay, c’est une très bonne copie que nous rend encore cette fois-ci Kylotonn.

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
✘ Contraste élevé (réticule de visée)✘ Sous-titres avec indications d’ambiance
✘ Taille couleur de police✘ Identification de la personne qui parle
✘ Marquage des ennemis✘ Police personnalisable
✘ Interface personnalisable✘ Couleur de police personnalisable
✘ Couleur minicarte personnalisable✘ Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
✘ Option daltonisme✘ Sons ambiants signalés (informe sur présence)
✘ Option Text to speech
✘ Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TV4K  Jeu fourni par l’éditeurOui
  ConsoleXbox One X  Temps passé sur le jeu6 heures
  Niveau de difficultéAmateur  Jeu terminéNon

+ Les plus

  • Réalisme des environnements (modélisation extrêmement soignée de l’île de Man)
  • Beauté et fluidité des décors
  • Sensations de conduite ahurissantes
  • Physique réaliste des motos
  • Gestion calendaire de la Carrière
  • Gameplay exigeant

- Les moins

  • Peut-être trop punitif
  • Clipping bien présent
  • Contenu encore pauvre
  • Accidents plus impressionnants que réalistes
  • Pas de multijoueur en écran splitté

Mot de passe oublié