Test – Nine Parchments, une belle balade à plusieurs

Sur un genre dominé par l’excellent Diablo III, Frozenbyte que l’on connait notamment pour la série Trine, nous propose Nine Parchments, un nouveau hack’n’slash au pays des magiciens. Si ce jeu indépendant se donne des airs de jeu AAA, reste à voir si l’habit fait le moine …

Un enchantement pour les yeux

La beauté des différents environnements proposés est sans conteste LA grosse qualité du jeu. Les décors sont détaillés, colorés et variés : un véritable plaisir pour les yeux qui à eux seuls rendent les quelques heures de jeu agréables à parcourir. Nine Parchements fait partie de ces jeux dans lesquels on a régulièrement envie de s’arrêter pour contempler les arrières plans ou pour prendre des captures d’écran. De plus, le jeu propose aux possesseurs de Xbox One X une version améliorée et en 4K qui ne fait que sublimer les divers environnements que l’on découvrira tout au long du jeu.

Il manque des pages au grimoire…

Soyons clairs, vous ne jouerez pas à Nine Parchments pour la richesse de son univers ni pour la profondeur de ses personnages. Au contraire, on peut même dire que le scénario du jeu est complètement anecdotique. Malheureusement l’étendue de l’inventaire ne relève pas vraiment le niveau.

Contrairement à un Diablo III dans lequel la variété de loot vous tiendra en haleine pour affronter des ennemis toujours plus forts pendant des dizaines voire des centaines d’heures, Nine Parchments lui se contentera de vous prendre par la main et vous faire enchaîner les niveaux et les vagues d’ennemis. A la clé, du loot certes, mais au final en quantité assez faible et avec des caractéristiques pas toujours très claires.

Heureusement la monotonie des niveaux “en couloir” est parsemée de boss de fin de zones plutôt bien pensés.

Je suis baguette

Avec les quelques défauts cités plus haut, il apparaît clairement que Nine Parchments a fait le choix de l’accessibilité. Effectivement, on récupère tout au long du jeu des parchemins donnant accès à un choix de pouvoirs variés. On tachera donc de disposer d’effets élémentaires différents pour exploiter les faiblesses de chaque ennemi : l’électricité est efficace contre les monstres aqueux, l’eau contre les bestioles enflamées et ainsi de suite. Ce principe de base assez simple est servi par un gameplay plutôt classique mais efficace : un bouton pour sauter, un pour se téléporter, un pour les attaques de mêlée, un pour jeter les sorts et un dernier pour changer de pouvoir. Juste assez pour que le plaisir soit immédiat une fois le pad en main.

Cela dit, ce tableau plutôt idyllique est entaché par l’absence de barrières invisibles sur les bords des chemins. Une téléportation mal calculée ou quelques secondes d’inattention à contempler les sublimes décors risquent souvent de vous faire finir au fond d’un gouffre et vous contraindront d’attendre qu’un coéquipier vienne vous réanimer. Un défaut qui se révèle vite agaçant au fil des niveaux et qui surtout ne pardonne pas en solo car contrairement au mode multijoueurs, vous recommencerez au dernier checkpoint faute de réanimation

Un jeu (uniquement ?) pensé pour la coopération

La succession de niveaux et de vagues d’ennemis font de Nine Parchments un jeu très vite ennuyeux et répétitif pour les joueurs solo. Heureusement un mode multijoueur coopératif permettant de regrouper 4 joueurs en local ou online est présent et booste nettement l’intérêt du jeu. A plusieurs, de nouvelles stratégies se mettent en place et on peut plus facilement combiner les bons sorts en fonction des faiblesses de chaque ennemi. Mieux encore, le fait de pouvoir combiner son rayon d’énergie avec celui de ses compagnons est carrément jouissif. Tellement jouissif qu’il sera difficile ensuite de retourner sur le mode solo qui ne dispose pas de cette capacité.

Au delà de ça, le choix qui a été pris au niveau de la gestion des sauvegardes nous laisse très perplexes. Pourquoi cela ? Tout simplement car les niveaux terminés avec des amis en coopération ne se débloqueront pas pour le mode solo. Vous serez donc contraints de recommencer les niveaux tout seul depuis le début du jeu si vous souhaitez continuer l’aventure et n’avez pas d’amis sous la main… Frustrant !

Nine se prend un 6 ?

Pour résumer, Nine Parchments est un jeu au gameplay efficace baignant dans des décors somptueux. Malheureusement on tourne vite en rond et même si le jeu ne dépasse pas les 6 heures, il a du mal à nous tenir en haleine. Un jeu à réserver donc aux joueurs à la recherche d’une expérience coop sans prise de tête !

+ Les plus

  • La beauté des environnements
  • L'efficacité du gameplay
  • Le mode coopératif

- Les moins

  • Répétitif
  • Les sauvegardes coop / solo
6

Nintendosexuel de naissance, je suis tombé dans la marmite Xbox en 2005 avec l'arrivée de la Xbox 360. Depuis, je me suis fait greffer un pad dans les mains et un casque sur la tête en quête de nouvelles expériences indés ou multijoueurs.

2

  1. 6 heures ? Ça fait cher de l’heure, surtout si la rejouabilité est limitée.

  2. J’avais gardé un oeil sur lui mais je ne suis pas convaincu. En période de disette ça aurait pu le faire mais là non ça sera sans moi.

Vos réactions

Mot de passe oublié