• Actualité
  • Communauté
  • Game Pass
  • ID@Xbox

    ID@Xbox

    Le programme ID@Xbox est un programme de développement conçu pour aider les développeurs indépendants à créer et à publier leurs jeux sur les plateformes Xbox et Windows 10. Il offre aux développeurs un accès gratuit aux outils de développement, à un soutien technique, à une assistance marketing et à des ressources pour la certification de jeux.

    Boîte à indés – United Assault – Battle of the Bulge, autant regarder Band of Brothers
    Boîte à indés – Speedgunner Ultra, un bon petit Super Meat boy-like
    Boîte à Indés – Finding the Soul Orb, une bonne heure de marche pour 1000G
    Boîte à Indés – Dead Station, tout juste passable, pour 1000G rapides
  • Bons plans
  • Test – Eiyuden Chronicle: Rising, une bonne entrée en matière avant Hundred Heroes

    Eiyuden Chronicles : Rising m’a séduit. Si le début peut ressembler à une vraie purge, l’histoire monte en puissance jusqu’à proposer un superbe cadre, construit dans la dizaine d’heures que prend l’aventure. Le gameplay se construit également petit à petit pour proposer une vraie synergie entre les trois personnages que nous apprenons à découvrir. Je n’ai qu’une hâte : découvrir le reste de ce monde dans Eiyuden Chronicles : Hundred Heroes, la preuve que cette préquelle est une réussite.

    A l’aventure compagnons, je suis parti vers l’horizon…

    Lancé via un Kickstarter, Eiyuden Chronicles : Rising n’est en réalité que le début d’une aventure. En réalité, ce action-RPG propose de découvrir les bases du monde dans lequel se déroulera le futur Eiyuden Chronicles : Hundred Heroes, prévu pour l’année prochaine. Dans cet univers qui nous est présenté dans un sublime mix entre 3D et décor en 2D à défilement horizontale, nous retrouvons ainsi une jeune fouilleuse, CJ. Venant d’une famille de collecteurs, elle doit, pour satisfaire à la tradition familiale trouver un plus grand trésor que son père. Et pour ce faire, quoi de mieux que d’aller à un site de fouilles ouvert aux aventuriers. Nous arrivons dans Nouveau Nevaeh, une ville en pleine construction et dirigée par Isha, la maire-suppléante.

    Et là, surprise. Pour avoir l’autorisation d’explorer la région, nous devons soit payer une somme mirobolante, soit remplir un carnet de tampons. Etant totalement fauché, nous n’avons donc pas le choix d’aller rendre service aux habitants. C’est bien simple : quasiment la totalité de ceux-ci ont des corvées missions à nous donner. Je suis donc parti avec CJ récolter du bois dans la grande forêt bordant le village afin d’aider à l’installation d’une première échoppe. Et là, surprise. Les combats sont basiques. Une seule attaque, un saut et… c’est à peu près tout, dans des affrontements en temps réel contre de faibles ennemis. Une action spéciale autorise un dash pour se mettre à l’abri. Après cette première quête, je suis revenu dans la ville et obtenu mon premier tampon. A moi l’aventure ! Sauf que non. Les missions suivantes me demandent uniquement de retourner dans la forêt, en m’y enfonçant toujours un peu plus. Si les points de téléportations aident, j’ai vite trouvé cela lassant de ne faire que des allers retours au même endroit, avec aucun autre changement que mon niveau et les points d’expérience perçus. Au point de désinstaller le jeu, déçu de son côté ultra répétitif qui me donnait l’impression d’une purge.

    Une seconde chance bien heureuse

    Après quelques jours, je me suis décidé à relancer Eiyuden Chronicles : Rising et de lui redonner une chance. C’est ainsi que j’ai pu faire la rencontre de Garoo, le mercenaire perdu sous le vent. En avançant dans l’histoire principale, celui-ci a rejoint mon équipe, rapidement suivi par Isha, magicienne et maire-suppléante de Nouveau Nevaeh. C’est à ce moment là que le gameplay prend tout son sens. Chaque personnage est affecté à un bouton de la manette. Si nous n’en contrôlons qu’un à la fois, la moindre pression fait intervenir celui que vous souhaitez. Le jeu propose également un système d’attaques de lien, qui vous permettent d’enchaîner des combos dévastateurs. Et croyez-moi, détruire un mini-boss en lui assénant quatre ou cinq attaques surpuissantes à quelque chose de satisfaisant. Par la suite, un système de runes à équiper permet d’associer les éléments primordiaux à nos coups, ce qui force à penser aux avantages et faiblesses de chaque type d’ennemis. Le gameplay devient ainsi très fluide, plaisant à maitrîser et ouvre de nouvelles possibilités. Chaque intervenant à sa chance de briller, les situations obligeant parfois à tous les utiliser. Cependant, chacun d’entre eux n’aura qu’une seule attaque avec une variante, évoluant en puissance dans le temps.

    Les interactions entre les protagonistes sont bien écrites, même si le joueur n’a aucun contrôle sur celles-ci. Chaque dialogue est intégralement traduit en français, et heureusement puisque nous sommes spectateurs des échanges aussi bien entre les héros qu’avec les marchands. D’ailleurs, ces derniers sont de plus en plus nombreux en avançant dans le jeu, jusqu’à former une ville complète offrant de nombreux services. Et ceux-ci sont très pratiques pour nous. Les vendeurs d’armes et d’armures permettent d’augmenter notre équipement, la forge dope les caractéristiques de celui-ci. Pour les utiliser, il faudra cependant farmer dans les différentes zones du monde pour récolter les composants nécessaires. Nous avons également un apothicaire pour des potions, une auberge proposant des améliorations temporaires… Tout cela renforce l’intérêt des quêtes secondaires ayant pour but d’augmenter les capacités des vendeurs, en plus de donner de l’expérience et des baqua, la monnaie du jeu.

    Après quelques heures, je me suis retrouvé pris au piège de la collecte des tampons. Il m’en fallait toujours plus. J’ai donc commencé à faire toutes les quêtes secondaires disponibles en plus d’avancer dans l’histoire principale. Cette dernière prend quelques virages qui m’ont surpris tout en posant les fondations de ce monde petit à petit. J’ai ainsi suivi CJ, Garoo et Isha au fond du Tumulus ainsi que dans le reste de leur aventure très rapidement, en en voulant toujours plus. Et je n’ai pas été déçu car les fondations posées me donnent vraiment envie d’en découvrir plus sur ce monde que nous retrouverons avec Hundred Heroes. Je me suis attaché à ces personnages et à ce village durant la dizaine d’heures qu’il m’a fallu pour terminer le titre, et ne regrette aucunement d’avoir donné une seconde chance à ce titre.

     


    Critères d’accessibilité

      Déficience Visuelle   Déficience Auditive
    Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
    Taille couleur de police ✔ Identification de la personne qui parle
    Marquage des ennemis Police personnalisable
    Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
     Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
    Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
    Option Text to speech
    Ralentissement du jeu

     

    Conditions de test

      Détails TV 4K   Jeu fourni par l’éditeur Non
      Console Xbox Series X   Temps passé sur le jeu 14h30
      Niveau de difficulté   Jeu terminé Oui