Test – Lawn Mowing Simulator, la tonte en valait-elle la peine ?

Littéralement Simulateur de Tonte de Pelouses, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a zéro tromperie sur la marchandise. Et quel que soit la langue, ça ne fait pas rêver. Théoriquement. Car Franck dans sa preview en a retiré tout de même du bon. Aussi surpris que lui à l’époque. Et le bougre avait même promis de donner son avis définitif avec la version finale. Sauf que Franck, COMME PAR HASARD, n’est pas disponible. Donc qui doit critiquer cette promesse de fun absolu ? C’est bibi.  

Partir de rien… 

Imaginez deux secondes. Ce n’est pas du tout le pitch du jeu mais imaginez. Faites un effort. On pourrait croire qu’on incarne un Assassin ayant lamentablement raté sa première année d’apprentissage. À cause d’une blessure suite à un saut de la foi raté ? Nul ne le sait. Mais votre talent de vision de l’Aigle, vous allez le mettre au service d’un noble art : la tonte de pelouseBon bien sûr, je raconte n’importe quoi mais la tentation était grande. Plus prosaïquement, vous partez de zéro ou presque, avec une machine basique et des contrats à la petite semaine chez des particuliers. Mais attention, on va aller chez la haute société, comme un pays de cocagne version anglaise. Tout est propre, reluisant, rien de dépasse à part cette horreur de pelouse trop haute !!! What a shame, heureusement que vous êtes là pour sauver cette banlieue chic. 

Entre temps, vous aurez personnalisé vite fait votre nouvelle société avec les quelques logos et couleurs disponibles. Ah et il ne faudra pas non plus oublier de placer un jeu de mot pourri pour son nom. La mienne s’appelle Tontenkamon. Nul. Mais ça va bien avec le jeu. Et votre nouvelle boîte sera hyper spécialisée et monomaniaque. Oubliez donc la notion de décoration, coupe plus ou moins artistique de bosquet ou de parterre de fleurs. Non. Chez vous, c’est 100% tonte et c’est tout. Evidement au fil des missions et de la caillasse amassée, on va investir dans des machines et des employé·e·s qui feront des contrats en parallèle de vous. Ah bah oui parce que vos aimez tellement tondre que vous ne pouvez pas ne pas aller chez Lady McTruc pour aller perdre 30 minutes à couper la pelouse entre 5 et 6 mm. Le capitalisme froid et clinique n’a apparemment pas atteint ce métier passion. Emoticône avec les yeux vers le ciel. 

… pour arriver à pas grand-chose 

Non mais quand on tond avec une bécane qui va à 7 km/heure, je peux vous assurer d’une chose : on en vient très vite à faire le point sur sa propre vie. On a laaaaaaaaaaaargement le temps. Alors oui, Lawn Mowing Simulator , ça a un côté rassurant. Ça a un début, une fin, dans un cadre comme hors du temps avec une tâche facile et un contrôle total sur un joli jardin. Mais surtout, qu’est-ce que c’est chiant. Ah non mais au bout de 400 mots, faut dire les choses. Franck y trouvait un coté relaxant. Ah je suis d’accord. Tellement relaxant que je me suis endormi devant ce spectacle de rien. À noter que je jouais sans son. Les tondeuses font un bruit insupportable et les musiques de style “libre de droit” sont au diapason. 

Ah et avec plus de cent contrats réalisés par mes soins et mon équipe de deux employés dévoués payés une misère (je ne peux pas les augmenter), j’ai donné. Trop. Surtout que si le rendu global reste correct, quelques bugs à la noix viennent défoncer la dernière once de tolérance. Par exemple, NE METTEZ PAS LE JEU EN PAUSE, pauvres fous. J’ai eu le malheur de le faire et ma tondeuse a fait un saut de 50m au-dessus du sol avant de retomber minablement sur la route. Impossible de terminer un contrat de trente minutes. Il me restait plus qu’à partir de la propriété. Joie. 

Pour les maso ou les passionnés (ça va de pair), il y a même un mode défi avec des contraintes imposées et même un mode libre. UN MODE LIBRE !!! The grass is the limit. 

Conclusion 

Relaxant pour certains. Ennuyeux à mourir pour d’autres (en fait moi), Lawn Mowing Simulator ne cache néanmoins jamais ce qu’il est. Soit une énième simulation hyperspécialisée d’un truc qui doit passionner 0,00001 % des humains. Estimation haute. Dans son joli cadre anglais engoncé dans une naphtaline rassurante ou angoissante, on enchaine les contrats à l’infini en vue d’établir un empire de tondeuse. Mais à quoi bon. Les nombreux bugs pénalisants devraient être corrigés à la sortie officielle. Mais ne comptez pas sur moi pour le vérifier. Avec Lawn Mowing Simulator, j’ai déjà fait le point sur ma vie, merci. 


Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle   Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TV 4K   Jeu fourni par l’éditeur oui
  Console Xbox Series X   Temps passé sur le jeu trop (en vrai 8 heures)
  Niveau de difficulté NA   Jeu terminé non

+ Les plus

  • Relaxant pour les optimistes
  • Pas vilain pour un "Simulator"
  • Les menus sont en VF

- Les moins

  • Ennuyeux à mourir pour les personnes lucides
  • Beaucoup de bugs de collisions

Mot de passe oublié

Inscription