Test – Life is Strange 2 saison complète : A la recherche du bonheur

Voir sur le Microsoft Store

Il y a quelques temps maintenant Tntnico s’était plongé dans le premier épisode et nous en avait fait un test de mise en bouche. Un peu plus d’un an plus tard, Life is Strange 2 nous présente enfin son épilogue. Il est l’heure d’en faire la synthèse, garantie sans spoiler !

Sur la route

Life is Strange 2 conte l’histoire d’une cavale de deux frères d’origine mexicaine. Contraints de fuir après un incident près de leur maison familiale dans la banlieue de Seattle, vous incarnerez le grand frère Sean, 16 ans. Vous aurez la responsabilité de guider dans le droit chemin (ou non) votre petit frère de 9 ans, Daniel. Pour ne pas faciliter la chose, vous découvrirez assez vite que ce dernier se voit doté de la faculté de télékinésie.

Une fuite qui prendra place dans une Amérique en pleine élection de Donald Trump, et qui n’hésitera pas à vous confronter à plusieurs reprises au racisme. Le titre appuie à plusieurs reprises dessus, mais il ne parle pas que de ça et aborde des thèmes souvent graves. Ceux-ci vous mettront alors face à des choix moraux.
Des choix que vous devrez prendre (ou non) par vos réponses pendant un dialogue, par vos actions à des instants précis ou par vos décisions. Ces dernières seront mises en image par un temps de pause infini, le temps d’opter pour une des options offertes. Ces dernières auront d’ailleurs une répercussion directe et visible sur la suite de votre histoire.

 

Légendes d’Automne

L’amélioration graphique est assez nette entre le moteur Unity du premier et l’Unreal Engine 4 du second. L’aspect esthétique et artistique est d’ailleurs le point fort du titre. Images douces, colorimétrie chaude, effet bokeh, tout est mis en œuvre pour contempler les différents tableaux traversés, tel un photographe qui chercherait le spot parfait. Ne vous attendez pas non plus à un étalon du genre, mais la direction artistique est magnifique. On pourra cependant regretter un manque de finition sur certains épisodes ou encore des expressions du visage ratées venant gâcher certaines scènes.

Ensuite, comment ne pas parler de l’ambiance musicale et surtout du thème principal tout en guitare sèche de Jonathan Morali ? Celui-ci porte et transporte à merveille le jeu, un peu à la manière de la bande originale de Into the wild, la voix d’Eddie Vedder en moins. On pourra aussi retrouver à certains moments quelques titres connus comme par exemple Justice avec D.A.N.C.E même si les incrustations Pop/Rock/Electro seront beaucoup plus rares que dans le premier Life is Strange.

 

Je vais bien, ne t’en fait pas

Il était, jusqu’à il y a peu, compliqué pour moi de parler de ce deuxième opus sans en faire constamment la comparaison avec le premier opus sorti en 2015.
D’ailleurs, même si l’aventure peut se faire sans avoir aucunement joué au premier, je ne vous conseillerais que trop de jouer à ce dernier. Quelques moments de Life is Strange 2 font référence à l’aventure de Chloé et Max qui se déroule dans la même région quelques années auparavant. Il serait dommage de passer à côté de ces références. N’hésitez pas aussi à aller faire un tour sur le spin-off « Les aventures extraordinaires du Captain Spirit » qui vous apportera de la matière supplémentaire au premier tiers de l’aventure. Il est de plus gratuit. Autant ne pas se priver.

Je ne le cacherais pas cependant, Life is Strange, premier du nom, a été une sorte de révélation, un déclic. La confrontation est donc forcément inéluctable. On n’espère qu’une chose : ressentir de nouveau les mêmes sentiments. Autant le dire, au début, l’aventure était plaisante mais étant enfermé dans ce carcan, j’avais l’impression d’être encore loin du compte. Ce cinquième et dernier épisode a pourtant réussi à me remettre en question totalement. Il est arrivé là où je ne l’attendais plus : m’impliquer pour me faire vaciller. Au fur et à mesure on prend à cœur (ou non) d’éduquer Daniel, tout en le guidant pour prendre les bonnes décisions (ou non) concernant son nouveau pouvoir. Allons-nous nous diriger vers la facilité ou affronter les difficultés ? Allons-nous penser à soi avant de penser à son frère ou aux autres ? Allons-nous abuser du pouvoir de Daniel pour des besoins personnels ?

 

N’oublie jamais

Et c’est la grande force du titre. Il nous implique tout naturellement grâce à la force d’écriture des personnages qui les rend assez vite attachants. On va pourtant parler d’une chose qui fâche : l’attente entre chaque épisode. Elle a été beaucoup trop longue à mon goût pour pouvoir se sentir impliqué dans l’histoire et les enjeux. Alors oui je mentirais si je n’enviais pas ceux qui vont le commencer pour le dévorer d’une traite maintenant que tout est disponible mais j’aurais bien aimé attendre moins pour les primo accédants sur un format comme celui-ci. Trois à quatre mois d’attente c’est beaucoup trop. Un mois, voire deux comme pour le premier, aurait été idéal.

Je regrette aussi que durant l’aventure le pouvoir de Daniel ne soit pas plus mis en avant. Même si son utilisation à des moments clés reste présente, il reste beaucoup moins central dans le gameplay que celui de Max auparavant. Il faut enfin clarifier une dernière chose. Si vous n’avez pas aimé l’aventure à Arcadia Bay ou si les histoires narratives ne vous passionnent pas des masses, il y a peu de chances que l’épopée de Sean et Daniel vous réconcilie avec le genre. On reste dans un jeu vidéo narratif contemplatif avec peu de scènes de gameplay, sachez-le.

 

La couleur des sentiments

DONTNOD nous livre un Life is Strange 2 tout en émotion qui paraîtra plus classique et lent dans son déroulement. L’histoire de ce road-game fraternel est pourtant finement maîtrisée, tout en abordant des sujets de société qui ne pourront pas laisser indifférent malgré quelques clichés. Il ne conviendra pas à tout le monde mais si vous êtes amateur d’histoires émouvantes, tragiques, héroïques, fraternelles, surnaturelles… Laissez-vous tenter.

 

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée)Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonismeSons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TV4K  Jeu fourni par l’éditeurNon
  ConsoleXbox One X  Temps passé sur le jeu32 heures
  Niveau de difficultéN/A  Jeu terminéOui

+ Les plus

  • La direction artistique
  • L’ambiance musicale
  • Les personnages
  • L’histoire et les enjeux

- Les moins

  • Une finition parfois bâclée
  • Quelques scènes stéréotypées
  • Attente trop longue entre les épisodes
  • Pouvoir de Daniel plus secondaire
Gamer depuis la Videopac, j'ai ensuite migré d'univers en univers jusqu'à celui de la XBox au printemps 2007 pour ne jamais le quitter.

4

  1. Merci pour le test, quand j’ai vu que le premier épisode sortait du game pass, j’ai essayé le jeu et c’est vraiment un jeu génial, je regrette car je ne pense pas avoir le temps pour finir before the storm avant sa sortie du game pass.

    • alexteam27. J’ai eu le temps de faire le 1er et before the storm avant sa sortie du game pass . Si je peux quelque peu te réconforter, before the storm n’est pas au niveau du 1er épisode.

  2. Merci pour le test @Kentarus, je te rejoins sur pas mal de choses. Je le fait grâce au Game Pass, donc je suis en passe de lancer le 4ème et je dois avouer que j’ai du mal à accrocher. Je ne suis pas réfractaire au genre mais il faut vraiment que l’histoire me passionne et que je m’identifie fortement au personnage pour que ça roule et là ou le premier m’avait vraiment embarqué comme un train sur un quai (dédicace wech…toi même tu sais !), ce Life Is Strange 2 ne m’accroche pas des masses. Les personnages des frangins sont encore au bout de 3 épisodes…de simples personnages. Je ne m’implique pas dans ce qu’il leur arrive, je suis spectateur. Donc, j’espère que comme toi, arrivé à la fin, je changerai d’avis. Merci en tout cas !

  3. Merci pour le test.

Vos réactions

Mot de passe oublié