Test – Life is Strange: True Colors, 50 nuances de vrai

Déjà plus de six ans que le premier opus de Life is Strange est sorti. Une licence qui a su marquer bon nombre de joueurs et joueuses par sa narration, ses personnages et sa direction artistique soignée. Pour ce quatrième opus, c’est Deck Nine, chargé du standalone malheureusement oubliable Life is Strange : Before the Storm, qui développe le jeu. Est-ce que cette fois, le studio réussira à être plus convaincant avec Life is Strange : True Colors ? La réponse dans ce test qui, je vous le promets, sera haut en couleurs !

But I see your true colors…

Si vous aussi vous avez la chanson de Cindy Lauper dans la tête maintenant, ne me remerciez pas, je l’ai eue tout le long de l’écriture de ce test ! Bref, Life is Strange : True Colors nous raconte l’histoire d’Alex Chen, une jeune fille séparée de son frère Gabe, pendant huit longues années. Habituée aux ambiances familles d’accueil et aux orphelinats, elle compte bien laisser de côté ces univers pas forcément chatoyants pour retrouver son frère dans la ville de Haven Springs, qui se montre bien plus accueillante en comparaison.

Mais alors ? Comment vont se dérouler ces retrouvailles ? Eh bien, ce sera à vous de choisir. Vous allez ensuite faire la connaissance des différents personnages qui animent la ville, histoire de bien installer l’intrigue. Cependant, un événement va bouleverser la routine de notre héroïne, Gabe va mourir dans un tragique accident. Et attention, ici je ne vous spoile pas vraiment, la mort de votre frère est déjà annoncée dans les trailers. Vous devrez donc enquêter et découvrir ce qu’il se trame réellement.

Life is Strange oblige, Alex est dotée d’un pouvoir, celui d’observer et de percevoir les émotions des gens. Cela se manifestera par une sorte d’aura colorée autour des protagonistes, nous permettant ainsi de connaître leurs sentiments. Par exemple, si un personnage est en colère, il apparaîtra en rouge à notre écran. Si les émotions sont suffisamment fortes, Alex pourra également lire leurs pensées et ainsi tenter de les aider pour surmonter ce qui les anime. À l’instar du premier opus, vous pourrez utiliser ce pouvoir un peu partout et même sur les objets. En effet, si vous interagissez avec eux, vous pourrez ainsi ressentir les souvenirs qu’ils dégagent.

L’utilisation du pouvoir pourra également ouvrir quelques portes aux interactions. Faire avouer quelque chose, se servir d’une émotion pour en savoir plus, les possibilités sont nombreuses et font avancer l’histoire. Vos actions pourront également débloquer quelques options de dialogue qui apportent un plus au récit.

… Shining through

La première chose qui m’a frappée, ce sont les expressions des personnages. On ressent enfin ce qu’ils éprouvent, entre la joie, la peur, la colère, les animations faciales sont impressionnantes de réalisme. C’est vraiment quelque chose qui m’a marquée et qui fonctionne particulièrement bien, surtout pour un titre axé sur les émotions. Certains protagonistes sont attachants et criants de vérité alors que d’autres ne nous donnent que cette impression de tête à claques. Là-dessus, c’est un sans-faute.

Ce qui ne change pas ici, c’est que nous sommes toujours sur un jeu narratif où vos choix auront un impact sur la narration. J’ai apprécié les quelques twists qui s’immiscent dans le récit, même si je dois reconnaître que le titre souffre de quelques longueurs selon les chapitres. Mais là où par contre ça change, c’est au niveau du traitement de l’histoire. Ici, Life is Strange : True Colors nous propose de vivre l’aventure en une seule fois et plus par épisodes où il fallait de longs mois avant d’attendre la suite.

Et au final, ce n’est pas plus mal. En effet, les différents chapitres peuvent être terminés en maximum deux heures, selon votre envie d’aller explorer ces environnements plus vrais que nature, rappelant une Amérique très édulcorée. Et oui, même avec des épisodes plus courts (puisqu’on pouvait facilement compter trois voire quatre heures pour finir un chapitre dans les opus précédents), le titre arrive à proposer un rythme inégal selon les chapitres. Cependant, le scénario cherche à proposer des moments assez inattendus et à varier les plaisirs, mais je n’irai pas plus loin dans l’explication car ce serait vous spoiler. Sachez donc que globalement, il vous faudrait une dizaine d’heures pour venir à bout du titre. Pour un prix de 60€, je vous recommande tout de même une baisse, afin d’apprécier le jeu à sa juste valeur. Histoire d’ajouter un peu de contenu à l’ensemble, vous pourrez également compter sur les quelques collectibles qui seront parsemés à Haven Springs. Pas indispensables à la compréhension de l’histoire, ils ajoutent tout de même un petit plus au récit. Et si vous les avez ratés, vous pourrez toujours sélectionner un chapitre dans le menu principal.

True colors are beautiful like a rainbow

Graphiquement, True Colors porte réellement bien son nom. Les paysages et environnements sont chaleureux, très colorés et ajoutent un réel charme à la ville de Haven Springs. On aime se balader dans le parc par exemple pour y entendre les oiseaux ou pour admirer les fleurs. Les effets de lumière sont particulièrement réussis et mettent bien en valeur les différents paysages. Je noterai juste quelques petits bugs visuels qui auraient pu être évités, comme par exemple un énorme carré noir derrière un personnage qui manifestait une forte émotion. Ce genre de bugs qui sortent un peu de l’ambiance, dommage.

Le titre propose comme à son habitude une OST de qualité qui apporte là aussi un réel charme à l’ambiance. Dès les premières minutes de jeu, il ne fait aucun doute que nous jouons à la licence Life is Strange. On pourra toujours compter sur les pistes zens qui accompagnent les moments contemplatifs et reposants. Mais la nouveauté ici, c’est une bande son rock qui illustrera certains moments de nostalgie par exemple avec notamment des morceaux de Radiohead ou Kings of Leon entre autres. Les amoureux de rock et folk seront donc aux anges.

Enfin, les chasseurs de succès ne seront pas vraiment mis au défi puisqu’avec un guide des éléments à collecter, les succès sont franchement très abordables et pas du tout compliqués. Ne vous prenez donc pas la tête avec eux car vous pourrez rapidement tout débloquer avec quelques vidéos.

Conclusion

Ce Life is Strange : True Colors brille par les émotions qu’il cherche à diffuser. Avec ses personnages attachants et son histoire qui tient la route, le titre arrive à nous tenir en haleine malgré ses quelques longueurs. Sans révolutionner le genre des jeux narratifs, cet opus s’apprécie pour sa direction artistique colorée et poétique ainsi que pour son OST qui ne cessera d’être la marque de fabrique de la licence. De mon côté, l’expérience m’a bien plu et je recommande surtout aux fans de la licence Life is Strange. Pour les autres, attendez peut-être une baisse de prix pour l’apprécier à sa juste valeur.

Critères d’accessibilité

Déficience Visuelle Déficience Auditive
 Contraste élevé (réticule de visée)  Sous-titres avec indications d’ambiance
 Taille couleur de police  Identification de la personne qui parle
 Marquage des ennemis  Police personnalisable
 Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
 Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
 Option daltonisme  Sons ambiants signalés (informe sur présence)
 Option Text to speech
 Ralentissement du jeu

Conditions de test

Détails TV 4K Jeu fourni par l’éditeur Oui
Console Xbox Series X Temps passé sur le jeu 12 heures
Niveau de difficulté N/A Jeu terminé Oui

+ Les plus

  • Un univers très joli et coloré
  • Les personnages vraiment expressifs
  • Avoir l'intégralité du jeu tout de suite
  • Une durée de vie relativement correcte
  • Une OST de très grande qualité

- Les moins

  • Quelques petits bugs visuels
  • Un poil cher à 60€
  • Quelques longueurs

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription