À l’ère Xbox 360, la guerre des consoles était recherchée

Xbox de nos jours et bien différente de celle qu’elle était dans la dernière décennie. Autre équipe, autre marché et autre philosophie. À l’époque, c’était Peter Moore aux commandes. L’ancien dirigeant a notamment lancé la Xbox 360 et géré la situation désastreuse du RROD, ou Red Ring of Death. Grand fan de sport, il a aussi dirigé le club de Liverpool après ses années chez Microsoft. C’est sur le podcast de Front Office Sports qu’il est revenu sur sa carrière dans les deux milieux avec plusieurs anecdotes.

C’est ainsi que l’on apprend que la guerre des consoles était un phénomène poussé par Moore et ses équipes. Non pas pour entretenir un débat stérile, mais bien pour inciter Microsoft à rester dans l’industrie avec la débâcle du RROD.

Nous avons encouragé la guerre de consoles, non pas pour créer des divisions, mais pour se défier les uns les autres, et quand je dis l’un l’autre, je veux dire Microsoft et Sony. Si Microsoft n’avait pas maintenu le cap après la Xbox, après le RROD, l’industrie serait un endroit plus pauvre, vous n’auriez pas la concurrence que vous avez aujourd’hui.

Pour les plus jeunes, le RROD fut un moment important dans l’histoire de la marque verte. Un problème général sur un capaciteur des Xbox 360 qui a conduit Microsoft à remplacer des millions de consoles. Si le coût total est inconnu, la barre du milliard de dollars a été franchie même dans les estimations.

Si nous n’avions pas résolu le problème du RROD comme nous l’avons fait, je sais très bien qu’il n’y aurait pas de Xbox aujourd’hui.

Comme dit au début de l’article : autre époque, autre contexte. La transition opérée par Xbox n’oppose plus les deux constructeurs sur le même segment, offrant un cadre dans lequel la guerre des consoles n’a plus sens.

Mot de passe oublié

Inscription