6
Please log in or register to do it.

Sans moyens démesurés, The Chant parvient à ses fins, soit un récit fantastique aux frontières des œuvres de Lovecraft dans un traitement plus contemporain et de Stranger Things pour prendre deux points de repère de la pop culture. Si elle ne brille pas par sa technique, cette expérience reste fluide à tout moment et l’aventure se suit avec intérêt pendant six heures dans une ambiance mêlant horreur et oppressions psychologiques. Les combats pourtant d’habitude parent pauvre du genre sont plutôt bons quand l’exploration et les énigmes sont très corrects et maintiennent en alerte. Les doublages en français sont d’extrême qualité et servent avec brio la partition de The Chant.

Le chant du signe astral ?

Jess, une jeune femme hantée par la mort de sa sœur se rend sur une île pour une retraite spirituelle pour bobos désœuvrés. Non pas qu’elle soit particulièrement emballée, mais son amie Kim, elle aussi traumatisée par le drame, lui force la main. Voici donc notre héroïne en terre inconnue, dans une petite communauté post hippie/développement personnel/secte à base de cristaux purificateurs… Entre le charabia délivré par le gourou, le suivisme des adeptes embobinés et le scepticisme de Jess, les débuts sur l’île mettent directement mal à l’aise…

Cela se poursuit quand il s’avère que les cristaux servant à des rituels new age ont de réels pouvoirs : traverser des plans de la réalité et convoquer tout un bestiaire horrifique que Stranger Things ne renierait pas. C’est également à ce moment que le récit prend son envol pour six heures d’une aventure qui nous conduira à des découvertes macabres entourant ce pseudo-culte. Ce qui frappe également, c’est Jess, loin d’être une bonne poire ni l’héroïne parfaite, elle incarne parfaitement la personne navigant à vue dans cette plongée au sein de l’horreur. Par exemple, cela se manifeste directement par sa tenue. D’un blanc immaculé faussement rassurant mais surtout aliénant, elle doit s’en revêtir quand elle arrive pour se conformer à la communauté. Par la suite, ses aventures la poussent à se souiller. La crasse, le sang et la vase dévoilent ainsi toute l’hypocrisie et l’horreur autour de la pseudo secte. 

Le récit est magnifiquement servi par un doublage en français de grande qualité. Les dialogues des plus anodins aux plus tragiques sont habités et participent à faire de The Chant un jeu d’horreur convaincant. Mais pas seulement.

La sauge, ça pue mais ça sauve des vies

En plus d’instiller une ambiance parfois terrifiante, The Chant est au niveau sur les volets exploration et combats qui sont plus que corrects. Très bonne surprise de constater que les affrontements ne sont pas source de crispations ni d’agacement. L’action est toujours fluide et fouiller la communauté, d’anciennes installations ou encore des grottes est un réel plaisir. Les énigmes ne sont pas d’une complexité folle et lire les quelques documents aux alentours met sur de bons rails pour les résoudre facilement. L’arsenal prête de prime abord à sourire jaune : de la sauge à faire brûler pour éloigner les ondes négatives et autres insectes… Enfin ça, c’est quand l’édifice de la communauté sectaire ne s’est pas encore effondré. Ensuite, grâce aux plantes récoltées, Jess se fabriquera des torches de feu pour se défaire de créatures cosmiques. 

La dimension psychologique et l’ambiance de survie se manifestent par trois jauges à surveiller. Surtout au début, car à mesure des progrès de Jess, les points de vie, puis la spiritualité pour utiliser des aptitudes magiques et enfin la santé mentale pour le sang-froid seront évidemment plus facile à gérer. Enfin, la musique se fait plutôt discrète. Quelques bons moments néanmoins, dans un style à la Carpenter, quand un synthé vient faire planer quelques notes.


Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle   Déficience Auditive
✘ Contraste élevé (réticule de visée) ✘ Sous-titres avec indications d’ambiance
✘ Taille couleur de police ✘ Identification de la personne qui parle
✘ Marquage des ennemis ✘ Police personnalisable
✘ Interface personnalisable ✘ Couleur de police personnalisable
✘ Couleur minicarte personnalisable ✘ Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
✘ Option daltonisme ✘ Sons ambiants signalés (informe sur présence)
✘ Option Text to speech  
✘ Ralentissement du jeu  

Conditions de test

  Détails TV4K   Jeu fourni par l’éditeuroui
  ConsoleXbox Series X   Temps passé sur le jeu6 heures
  Niveau de difficulténormal   Jeu terminéoui
Ghostwire: Tokyo déjà listé sur Xbox Series X|S
Game Pass : 7 jeux quitteront le service très bientôt dont Subnautica