8
Please log in or register to do it.

Blacktail dispose de tous les atouts pour vous enchanter pendant des heures et des heures. Une direction artistique élégante et magnifique se met au service d’un récit digne d’un grand conte aussi touchant que cruel. Le plaisir manette en main est lui aussi de la partie avec un gameplay mêlant habilement les genres (aventure, action, exploration, RPG) et qui exploite une carte immense et généreuse. Les dialogues entre l’héroïne et la légion de personnages étonnants sont un régal et instillent une ambiance parfois amusante quand elle n’est pas douce-amère voire sinistre. Le seul grief que j’arrive à formuler serait des temps de chargement un peu longs. Au final, bien peu de reproches pour cette œuvre atypique, tragique et marquante. Et ils jouèrent heureux le reste de leurs vies…

Yaga au pays des merveilles

La beauté formelle de Blacktail saute aux yeux instantanément. La forêt, lieu magique par excellence, où la petite Yaga commence son périple est bucolique à souhait. Mais sous le vernis d’un conte enchanteur, une noirceur, une menace, une cruauté rôdent toujours. En effet, de prime abord, les environnements sont idylliques. Faussement idylliques. Car à y regarder de plus près, ce piton rocheux est en fait un crâne géant et grotesque de lapin, là ces ruines sont baignées de lumières inquiétantes, enfin ci-gisent des ossements de créatures oubliées. Ce monde est un terrain de jeu immense et idéal pour un conte qui ne peut pas laisser indifférent.

Sur le fond également, une poésie macabre s’installe au fil des heures pour nous raconter les (més)aventures de Yaga, jeune fille paria en son village, à la recherche désespérée de sa sœur. S’invitent des histoires d’enfants disparus, une rumeur de sorcière hantant la région, et ce chat aussi noir que le néant qui nous suit partout, ainsi que toute une galerie de personnages aussi étonnants qu’attachants et amusants. Ces derniers sont autant d’occasions de dialogues hauts en couleur. Absolument tout participe à faire de Blacktail un conte tantôt doux, tantôt cruel, souvent surréaliste et toujours d’une ironie mordante. Parmi les rencontres que la candide Yaga fera, je ne citerais que Mr Larve, respectable facteur de son état. Il est tout à fait possible d’aider… ou de lui gâcher la vie. Tout cela n’est bien sûr pas sans rappeler des œuvres telles Alice aux pays des merveilles et Le magicien d’Oz qui nous racontent des choses horribles sous couvert d’un récit aux atours innocents.

BLACKTAIL-larve

Un travail d’orféevre

Blacktail est en vue subjective, mêlant savamment des mécaniques d’exploration, de metroidvania, de RPG, de craft et même un système de Karma. Ce dernier n’est d’ailleurs pas anecdotique car conditionne vos talents et votre destinée. Tout cela est ambitieux n’est-ce pas ? Et le constat est sans appel : un bijou. Certes, ces mécaniques ont déjà été vues par ailleurs, mais le tout est articulé parfaitement pour un plaisir et un enchantement immédiats. Au niveau des combats, l’arc sera l’arme principale de Yara la chasseresse aguerrie. Elle disposera comme complément d’une poussée et d’un dash bien pratiques pour se dépêtrer d’un corps à corps incertain. Néanmoins, et pour le coup, c’est original, il n’y a pas de système d’XP, notre héroïne devra récolter des ressources et dénicher des trésors pour améliorer ses aptitudes et ses armes. Une motivation supplémentaire, s’il en fallait une, de fouiller chaque recoin de ce merveilleux terrain de jeu regorgeant de raccourcis et de richesses. Ainsi, au bout de neuf heures de pérégrinations, j’ai l’impression de n’avoir fait qu’effleurer le contenu de Blacktail. Vertigineux.

Les dialogues savoureux et truculents, s’enchaînent, sur un fond musical qui lui aussi se met à la mesure du calme ou de la tempête des événements racontés. À noter que les voix sont seulement disponibles en anglais, mais l’interface et les sous-titres sont traduits en français. Mon seul reproche ? Des temps de chargements un peu longs. Pas de quoi fouetter un chat.


Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle   Déficience Auditive
✘ Contraste élevé (réticule de visée) ✘ Sous-titres avec indications d’ambiance
✘ Taille couleur de police ✔ Identification de la personne qui parle
✘ Marquage des ennemis ✘ Police personnalisable
✘ Interface personnalisable ✘ Couleur de police personnalisable
✘ Couleur minicarte personnalisable ✘ Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
✘ Option daltonisme ✘ Sons ambiants signalés (informe sur présence)
✘ Option Text to speech  
✘ Ralentissement du jeu  

Conditions de test

  Détails TV4K   Jeu fourni par l’éditeuroui
  ConsoleXbox Series X   Temps passé sur le jeu9 heures
  Niveau de difficulténormal   Jeu terminénon

Free Play Days - Trois titres jouables ce weekend dont Assassin's Creed Valhalla
Le DLC de Cuphead s'est écoulé à 2 millions d'exemplaires