Test – Ninja Gaiden: Master Collection, il faut souffrir pour être ninja

Quand Ninja Gaiden : Master Collection est arrivé, personne ne voulait s’en occuper. Alors quand je me suis proposé, la Squad s’est dit « Vengeons-nous d’Ashaika, il doit souffrir pour ses blagues nulles ». Et bien croyez-moi que j’ai souffert en visitant ces opus pour certains inédits sur Xbox. Avec les équipes de Koei Tecmo aux commandes comme depuis la première itération de la licence, les attentes étaient grandes avant la (re)sortie d’un premier jeu Ninja Gaiden depuis 2014. Préparez vos katanas et partons au combat !

Des nouveaux venus sur Xbox

Si la licence Ninja Gaiden n’est pas inconnue dans l’écosystème Xbox, les épisodes Sigma ne sont jamais sortis sur la console américaine. Cette compilation est donc le parfait moyen de découvrir ces opus avant d’enchaîner sur Ninja Gaiden 3 : Razor’s Edge sorti sur Xbox 360. Et bonne nouvelle, les trois titres sont disponibles en sous-titré français.

Personnellement, je ne connaissais pas la licence. On commence donc par découvrir les différentes capacités de Ryu Hayabusa. Coup d’épée faible, coup d’épée fort, on court sur les murs, on fait des sauts, on pare les attaques… Ah et on découvre l’ennemi principal. Comme ça, dès le début, sans prévenir. La Caméra. Oui, la Caméra avec un grand C comme Casse-bonbons. En effet, la caméra n’est pas intelligente comme on peut avoir l’habitude de nos jours. Non, elle est totalement dépendante du joystick droit, et ne va pas suivre les mouvements du personnage. Autant vous dire qu’après une dizaine de morts faute d’avoir vu un ennemi, j’en avais déjà marre. Heureusement, les deux opus suivants disposent d’un bouton pour recentrer la caméra derrière soi. Pas parfait, mais c’est déjà ça.

Cependant, il existe un gros problème pour le premier opus de la collection. A aucun moment Ninja Gaiden ne vous explique les différentes techniques. J’ai du toucher un peu à tous les boutons pour découvrir ce qu’ils faisaient, là où les deux jeux suivants expliquent en détail via un didacticiel (riche en succès dans le cas de Ninja Gaiden Σ2.

Vous avez dit quoi ? Mon épée contre un Bazooka ?

Si on commence Ninja Gaiden Σ avec juste l’épée du dragon, nos ennemis évoluent rapidement. On passera ainsi du simple ninja de bas étage aux adversaires équipés d’armes à feu, puis de bazooka. Et ceci durant les trois jeux que contient cette Ninja Gaiden : Master Collection et dès le premier niveau de Ninja Gaiden 3. On se battra également contre une statue grande de plusieurs étages, des araignées géantes mécaniques… Une sacrée variété d’opposants au fur et à mesure de l’aventure, mais qui n’apporte pas une grande diversité de gameplay. Si le troisième opus permet de varier un peu avec des mini-phases d’infiltration et la possibilité d’assassiner les ennemis, la plupart des combats se résument à esquiver/parer les attaques et à contre-attaquer. De temps en temps, vous aurez accès aux Ninpo, les capacités spéciales. Que ce soit roue de feu ou autre, chaque technique pourra vous être utile pour vous débarrasser des obstacles sur votre route.

Durant certaines missions, vous serez aux commandes d’autres personnages : Ayane, Rachel, Momiji et Kasumi sont jouables. L’intégralité du contenu des DLC sortis sur les jeux originaux sont disponibles, il est donc possible de modifier la tenue de son combattant. Après avoir fini quelques missions, il est possible de découvrir les épreuves du héros/course ninja /épreuves ninja. Pour résumer, ce sont des petites missions à réaliser dans un niveau dédié avec le personnage et équipement de votre choix.

Ça va saigner !

Personne ne le niera, les Ninja Gaiden sont assez difficiles. Le timing est parfois compliqué à trouver, le nombre d’ennemis peut vite nous submerger, surtout lorsqu’on ne les voit pas arriver avec la caméra. Par ailleurs, cette compilation ne brille pas par ses graphismes. C’est bien simple, on a l’impression d’avoir la même chose qu’à l’époque mais avec un petit filtre HD supplémentaire et une légère amélioration des modèles des personnages. Pas folichon pour un titre sortant en 2021…

Cependant, le passage en haute définition permet de mieux découvrir les différentes amputations qui interviennent régulièrement lors des combats. Vous l’avez vu ce ninja qui voulait vous embrocher ? Qu’on lui coupe les bras ! Pas de bras, pas de chocolat, nan je déconne, je coupe tout. Cela donne parfois des scènes cocasses, comme ce ninja sans bras ni jambes qui sautille sur place pour pouvoir attaquer. Contrairement aux sorties originales en Europe, ces versions ne sont pas censurées : attention aux tâches sur les tapis.

Conclusion

Si vous avez connu les jeux à l’époque, vous n’aurez aucune surprise et une maigre plus-value avec ce Ninja Gaiden : Master Collection. Si vous êtes un novice de la licence comme moi et que vous aimez souffrir, cette compilation est faite pour vous. De mon côté, je n’ai pas réellement apprécié l’expérience avec les problèmes de caméra, les graphismes vieillissants et le gameplay plutôt répétitif.

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle   Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TV 4K   Jeu fourni par l’éditeur oui
  Console Xbox Series X   Temps passé sur le jeu 8H
  Niveau de difficulté facile/normal   Jeu terminé non

+ Les plus

  • Certains sont inédits sur Xbox
  • Un sacré challenge
  • Tous les DLC et contenu inclus dans la collection
  • Pas de censure sur le gore

- Les moins

  • La caméra
  • Juste les jeux originaux avec une faible amélioration graphique
  • Premier opus difficile à prendre en main

Mot de passe oublié

Inscription