Test – Speed Brawl

Tout bastonner dans un minimum de temps. Voilà comment pourrait être résumé Speed Brawl. Bon, ça fait un peu court pour un test.. alors développons un peu tout ça. Speed Brawl est le troisième jeu de Double Stallion Games, studio de développement canadien fondé en 2013. Jusqu’à présent, leurs productions étaient exclusivement dédiées aux smartphones, et ce coup ci, elle l’est aux consoles de salon. Ont ils réussi leur transition ? Et bien coupons court,  je répondrai d’entrée par un grand OUI !

3 – 2 – 1 : FIGHT !

Avec tous les jeux de baston sortis ces derniers temps, et avec un certain Streets of Rage 4 à l’horizon, difficile d’innover en la matière. Speed Brawl fait le choix de cumuler deux concepts généralement opposés, le beat em up a scrolling horizontal, et le Time limit, du genre très serré. Le pitch est assez marrant : des extraterrestres ont envahi la terre il y a de nombreuses années, les British leur ont botté les fesses et ceux qui n’ont pas été exterminés ont été fait prisonniers. Maintenant, pour amuser la population, un tournoi est organisé pour liquider les quelques aliens restants.

Dans Speed Brawl, tout est basé sur la vitesse. Au début du match, on choisi deux personnages, que l’on pourra alterner à tout moment. Entre la ligne de départ et celle d’arrivée, on sera amené à traverser entre 1 et 3 rounds, selon les niveaux. Chaque round est composé d’ennemis différents, tous plus balèzes les uns que les autres. Il faudra atteindre la fin du niveau dans un temps imparti : par exemple 2 minutes pour être classé positivement, 3 minutes pour neutre, etc. Votre position impactera la somme d’argent gagnée, ainsi que les bonus offerts. Finir en négatif signifie cependant recommencer le niveau, mais rassurez vous : vos pieds et poings ne seront pas les seuls armes à votre disposition : Coups spéciaux rechargeables, barils explosifs,  prises d’appuis sur les murs, pilonnes qui permettent de se projeter sur l’adversaire, ou encore une double attaque avec votre comparse. Tout s’enchaîne à merveille grâce à une maniabilité aux petits oignons. Souple et agréable, si vous loupez quelque chose, vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous même !

TIME OUT !

Le choix du niveau suivant s’opère quasiment après chaque match, plusieurs embranchements s’offrent à vous, avec la possibilité de varier un peu les plaisirs. Certains seront exemptés d’ennemis, mais il faudra virevolter autour de pilonnes dans un minimum de temps. Vous gagnerez des upgrades selon vos résultats qui permettront d’augmenter les capacités d’attaque ou de défense de vos personnages. Entre les niveaux, vous aurez la possibilité de les acheter à la boutique, ou encore d’améliorer certains de vos skills. Des personnages supplémentaires pourront également être débloqués a certains moments de l’histoire. Leur différences seront faibles, elles s’opéreront surtout au niveau du coup spécial,  et du character design propre, et démarqué, de chacun.

D’ailleurs les graphismes, parlons en : ils claquent ! Comme vous pouvez le voir sur les screens : le visuel est splendide ! Avec un style manga bien appuyé, des couleurs vives qui explosent à l’écran, des animations réussies, et sans aucun ralentissement, on est vraiment dans le haut du panier de ce genre de jeux. Les musiques également se démarquent de par le dynamisme qu’elles dégagent. Des riffs à la Guilty Gear par moment, ou encore des morceaux ressemblants aux thèmes des jeux Dragon Ball, ils sont parfaitement dans le ton et rehaussent l’action.


En résumé 

Speed Brawl est un très bon jeu d’action. Le mix Beat em up / Time trial fonctionne étonnamment bien et le design graphique et sonore devrait convertir les plus réfractaires au genre. Une très agréable surprise !

Accessibilité du jeu

+ Les plus

  • Principe efficace
  • Graphismes manga réussis
  • Maniabilité au poil
  • Musiques entraînantes

- Les moins

  • Difficile dans les niveaux avancés
Bercé aux jeux vidéo depuis l’Amstrad, j’ai vécu ma vie vidéoludique sur cet adage: mieux vaut rouler en fiesta et avoir un paquet de jeux, qu’en Porsche, et d’en avoir aucun!

Vos réactions

Mot de passe oublié