Quelle est la nature d’un contrat Xbox Game Pass ?

Depuis son lancement officiel le 1er juin 2017, le Xbox Game Pass soulève de nombreuses interrogations sur son business model. Comment rendre rentable un service avec une offre aussi pléthorique ? Les créateurs y trouvent-ils vraiment leur compte ? À plusieurs reprises, des voix se sont élevées du côté des développeurs pour chanter les louanges du programme. Formule à la carte ou offre standardisé ? La réponse se situe à la frontière entre les deux.

Contrats Xbox Game Pass : un savant mélange d’argent et d’accompagnement

Jusqu’à très récemment, l’explication la plus détaillée des contrats venait de la part de Davionne Gooden. Le développeur indépendant de She Dreams Elsewhere racontait auprès de GamesIndustry le fort impact que le deal avait eu sur lui et son jeu.

L’accord du Game Pass m’a permis de financer le reste du jeu, de le rendre rentable, et de faire encore tout ce que je voulais faire avec un éditeur, sans avoir à trouver un éditeur.

Voilà une proposition qui semble alléchante pour tout développeur qui travaille actuellement sur son jeu. Le deal peut se résumer à un mélange de soutien financier en amont, de frais de licence et d’un système de bonus. Phil Spencer avait d’ailleurs apporter des précisions allant dans ce sens.

Dans certains cas, nous paierons la totalité des coûts de production d’un jeu. Par la suite, ils obtiennent toutes les opportunités de la vente au détail en plus du Game Pass. […] Parfois le développeur en est à un stade plus avancé dans son jeu et c’est plus une simple transaction du style “vous nous payez cette somme et on le met dans le Game Pass”.

Une évolution constante du modèle

Pour d’autres, il peut aussi s’agir d’accords fondés sur l’utilisation et la monétisation, quel que soit le format. Xbox est ainsi ouvert aux expérimentations avec de nombreux partenaires différents. À ses débuts, le modèle était entièrement fondé sur l’usage. Cependant, beaucoup étaient fébriles et avaient des difficultés à adopter cette vision long terme. Ils préféraient simplement récolter directement une somme d’argent. Ce modèle colle plus ou moins avec d’autres témoignages rapportés par des éditeurs. Le soutien financier initial est bien souvent plus que suffisant pour justifier la présence du jeu dans le service ou une exclusivité. Ensuite, vient un système de bonification dépendant de la combinaison du nombre de téléchargements et combien de temps les joueurs passent à jouer au titre.

Combien de temps reste un jeu dans le programme ? Cela dépend des deux parties. En effet, Xbox peut vouloir conserver le titre plus longtemps que l’accord initial, au quel cas, proposer le même contrat à nouveau. Cela se produit en particulier quand un jeu est populaire auprès du public. Toutefois, la décision finale revient bien entendu à l’éditeur. En somme, il n’y a pas un accord unique. On est plutôt sur une formule d’offre dite “sur étagère” avec plusieurs tiroirs pour moduler selon les besoins de chaque entité. Cela offre plus de modularité et permet d’être pertinent du développeur indépendant jusqu’à l’éditeur de renommée mondiale. Un accord gagnant-gagnant.

 

Plus d’informations autour du Xbox Game Pass :

 

 

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription

Xboxsquad

GRATUIT
VOIR