Quantum-Break-Launch-Picture

Quantum Break

Enhanced Xbox One X Exclusivité Xbox Xbox One

JukeXbox : Piste 40 | Quantum Break

quantum-break-jaquetteDans JukeXbox, vous retrouvez les bandes originales de jeux Xbox qui ont marqué l’équipe XboxSquad. Cette semaine, JiTeuBey s’attarde une nouvelle fois sur une production Remedy, avec Quantum Break, un jeu qui aura divisé.

Exit la noirceur de Max Payne et la brume d’Alan Wake, avec Quantum Break, on se retrouve à jouer avec le temps. Prenant une forme particulière, la parfaite progéniture d’un jeu vidéo et d’une série TV, cette exclusivité Xbox One n’aura clairement pas mis tout le monde d’accord. Mais pour ma part, j’ai vraiment accroché, que ce soit pour les thèmes abordés, les acteurs et son aspect hybride. Comme pour leur production précédente, la musique, une fois encore composée par Petri Alenko, ne m’a pas plus marqué que ça, contrairement aux quelques pistes sous licence que l’on peut entendre tout au long de l’histoire…

Dans le morceau intitulé Dodging Bullets, les violons font place à des ambiances plus électro, mécaniques, avec quelques touches de synthé. Une ambiance qui me plaît beaucoup. Rien de véritablement inoubliable, on est d’accord, mais quelque chose d’entraînant qui accompagne parfaitement les gunfights endiablés du titre.

Si la partie jeu est accompagnée de la musique de Petri Alenko, la série TV, elle, a bénéficié des compositions de John Kaefer. Il est intéressant de noter que les deux hommes n’ont pas travaillé étroitement en collaboration, différenciant d’avantage les deux formes que prend Quantum Break. Mais cette perte d’unicité rend malheureusement les morceaux moins marquants, de mon point de vue.

Là où Quantum Break a laissé sa marque, c’est au niveau du choix des musiques sous licence. En effet, chaque acte se termine en musique, comme la plupart des films et séries. Et c’est Sam Lake (le directeur créatif du jeu, qui a, au passage, prêté ses traits au personnage de Max Payne) en personne qui a fait sa sélection : Royal Blood, Paramore, Nick Cave & The Bad Seeds… des beaux noms et des titres que je trouve excellents et qui collent bien à l’univers. J’ai même pu faire une découverte lors du générique de fin, avec le titre Trainwreck 1979 du groupe Death From Above 1979, qui ponctue parfaitement l’aventure de Jack Joyce.

À noter également que Labyrinth du groupe Poets of the Fall (que vous connaissez si vous avez lu ma chronique précédente) a été utilisé pour faire la promotion de Quantum Break, sans pour autant figurer dans le jeu. Et je ne pouvais décemment pas terminer ma chronique sans noter la présence du célèbre Africa de Toto qui conclut le troisième acte du jeu de la plus belle des manières. Et oui, j’ai passé la totalité du chargement qui a suivi à m’époumoner sur ce morceau mythique, c’était plus fort que moi. On évitera également la critique facile des tenues et des coupes de cheveux, c’était une autre époque que la plupart d’entre nous n’ont pas connue !

En tout cas, si ce n’est pas déjà fait, je vous conseille vivement de faire le jeu pour vous forger votre opinion dessus, surtout qu’il est disponible dans le Game Pass. Et pour prolonger l’écoute, vous avez accès ici à une playlist regroupant les quelques titres empruntés (qui démarre avec Africa justement), puis, en-dessous, la bande-originale du jeu.

N’hésitez pas à partager avec nous, en commentaire, vos morceaux de Quantum Break préférés. Et quant à nous, on se retrouve la semaine prochaine pour un JukeXbox consacré à Sayonara Wild Hearts !

Épisodes précédents :

Amateur de jeux musicaux et vouant un culte aux titres indés, je suis également un goinfre de succès. J'essaie régulièrement de vider mon backlog mais il se remplit mystérieusement à chaque salve de promos et d'arrivées dans le Game Pass...

3

  1. Un excellent jeu, qui aurait largement mérité + de ventes. Franchement c’est un excellent jeu solo, au scénario intense et prenant. Je le conseille vivement.

    • Complètement d’accord ! Remedy avait fait un jeu très intéressant, je viens de terminer Control,hier pour être exact, je me suis forcer quand même, bcp moins enthousiaste, et en plus j’avais zappé que j’ai la version ultimate, donc the fondation, on verra si je pousse l’aventure…

    • Je l’ai bien aimé aussi ce jeu mais pas autant qu’un Alan Wake,certaines “lourdeurs” m’ont déçu.
      Quand a control je ne l’ai pas fait.

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription