Xbox compte bien conquérir développeurs et joueurs japonais à l’avenir

Xbox et le Japon ce n’est pas une grande histoire d’amour. La première Xbox fut un four mémorable là bas et la Xbox 360 ne fut pas un grand succès non plus. Néanmoins, la première console HD de l’histoire avait eu le mérite d’accueillir de nombreux jeux japonais et même quelques exclusivités en provenance de la péninsule. En d’autres mots, elle avait réussit à faire vivre le nom Xbox au Japon et avait grandement réchauffé les relations avec les développeurs locaux. Malheureusement, avec la sortie de la Xbox One, le Japon a de nouveau grandement boudé la marque et les ventes faméliques de la machine n’ont guère poussé les studios japonais à produire pour la console. Une situation loin de satisfaire Phil Spencer qui, depuis quelques années, souhaite faire bouger les choses, comme il l’évoque au micro de GamerTag Radio.

Phil Spencer et les déplacements au Japon

Quand j’ai commencé à travailler, je voyais des tiers zapper la Xbox One et ne même pas prendre la peine de développer sur cette plateforme. Il y aura toujours des cas semblables et chacun d’entre eux me fait souffrir, mais la première chose que je voulais faire quand j’ai pris mon poste était de retourner sur le terrain deux fois par an pour jouer avec les responsables de studios, jouer à leurs jeux, et leur faire savoir que j’étais engagé dans leur succès à l’échelle mondial.

Une démarche indispensable pour rétablir des relations de travail saine et entrouvrir des pistes pour de futures collaboration. D’ailleurs, le dernier E3 2019 en fut un bon exemple puisque de nombreux japonais fut présentés sur Xbox et que cela semble réjouir les développeurs. C’est en tout cas ce que précise le patron de la marque.

Je suis très fier de la façon dont nous avons établi des partenariats avec presque tous les éditeurs du Japon. Je sais que ces jeux sortent sur toutes les plate-formes mais nous voyons désormais chez Xbox des titres que nous ne voyions pas avant.

Le principale retour que j’ai [de la part des éditeurs japonais] est “les gens de notre studio adorent travailler avec vous. Ils aimeraient simplement voir plus de Xbox dans les magasins du coin”. Vous voulez travailler sur un jeu et une plateforme qui a de la visibilité dans votre pays, vous voulez que vos amis puissent y jouer.

Les services Xbox à la conquête du Japon 

Et si le Japon revêt un intérêt pour les équipes de développement qui y sont installées, Phil Spencer a bien compris qu’il fallait les convaincre par davantage de présence. Le succès de Xbox au Japon devient ainsi une priorité même si, il l’avoue à demi-mot, cela pourrait bien ne pas passer par une console.

Le marché japonais est important pour nous. Je ne sais pas si nous allons réussir au Japon prochainement, mais la position que nous y tenons aujourd’hui est inacceptable à mes yeux. Nous ferons un bien meilleur travail avec le prochaine lancement (de console, ndlr) et nous n’attendrons pas dix mois avant de la proposer au Japon comme nous l’avons fait précédemment.

Nous nous assurerons que nos services comme le Game Pass ou xCloud soient présents de manière à ce que les gens puissent y accéder. 

De nouvelles exclusivités japonaises pour Xbox ?

Phil Spencer poursuit son intervention en répondant à la question des contenus first party. S’il ne s’engage en rien et précise que son propos ne signifie pas que des choses sont en train d’être signées, il reconnaît que Xbox peut faire davantage. Le Japon est un territoire riche pour la création de jeux vidéo et il faudra donc y travailler à long terme.

Je n’ai rien à annoncer mais je pense que le marché japonais est particulièrement important en raison de ses nombreux créateurs de jeux et de la communauté des joueurs qui s’y trouvent. Je veux que Xbox soit plus pertinent là-bas qu’elle ne l’est aujourd’hui. 

Il est intéressant de noter que Phil Spencer n’évoque pas plus que cela la Xbox Series X. Si la machine sera évidemment présente et, semble-t-il, davantage poussée que la Xbox One, elle servira surtout pour séduire les développeurs. Avec une machine puissante et bien optimisée, il y a sans doute matières à laisser les créateurs aller au bout de leur idées. Mais pour ce qui concerne le public, c’est bien avec des services que le géant américain compte séduire.

Bien évidemment cela paraît pertinent dans un pays où le jeu mobile est largement démocratiser. Proposer un service de jeu sur téléphone avec des expériences riches, variées et dignes des consoles de salons pourrait être un discours séducteur pour les japonais. Mais il faudra bien proposer des productions typiques et locales pour espérer diffuser à grande échelle xCloud et Xbox Game Pass. Et comme le dit Phil Spencer, “cela prendra du temps”.

Les dernières infos livrées par Phil Spencer

2

  1. Plus que les parts de marché, c’est l’l’image de marque qui compte.

  2. Arriver à attirer des studios japonais à investir dans la marque serai très profitable pour Xbox au Japon. Acheter un studio n’est la solution ultime mais ça aiderait…un peu.

Vos réactions

Mot de passe oublié