Ubisoft : démissions en cascade suite aux accusations de harcèlements et d’agressions sexuelles

Il était très tôt ce matin quand Ubisoft a publié un communiqué de presse attendu. Plongé dans des scandales de harcèlements et d’agressions sexuelles depuis plusieurs jours, la firme Française a annoncé procéder à un large remaniement de sa direction. Pointés du doigt par les derniers témoignages parus dans la presse, Serge Hascoët et Cécile Cornet démissionnent de leur poste. Yann Mallat, directeur des studios canadiens, démissionne également. Une réaction rapide d’Ubisoft, qui tend à prouver sa volonté d’améliorer drastiquement les conditions de travail de ses employés.

En plein cœur de la tourmente, Yves Guillemot avait annoncé le 2 juillet dernier une série de mesures. L’objectif était alors d’assainir les couloirs d’Ubisoft et le patron de la société assurait vouloir prendre toutes les mesures disciplinaires nécessaires. 10 jours plus tard, ses premiers effets se font sentir avec la démission de cadres d’Ubisoft. 

Après de nouvelles révélations publiées par Libération et la mise en cause, claire, de la direction du groupe, Ubisoft n’a donc pas eu d’autres choix que de réagir. Une réaction rapide et importante puisque la société restructure son organisation et se sépare de deux des cinq membres de son comité de direction. 

Serge Hascoët quitte ainsi son rôle de Directeur Créatif ainsi que la société. Présenté comme “l’origine du mal” depuis plusieurs jours, l’homme qui semblait intouchable il y a quelques semaines ne fait, dès aujourd’hui, plus partie des effectifs d’Ubisoft. Pour pallier son absence, c’est Yves Guillemot lui-même qui assurera l’intérim au poste de Chief Creative Officer et assurera une refonte intégrale du pôle édito et de son mode de fonctionnement. 

Cécile Cornet, Directrice Monde des Ressources Humaines, démissionne de son poste mais reste salariée de Ubisoft. Le recrutement sera mené lors des prochaines semaines tandis que les RH seront auditées dans leur ensemble par un cabinet extérieur à la société. Avec comme objectif affiché “d’améliorer ses procédures et politiques“, cet audit devrait également mener à une toute nouvelle organisation afin de mieux assurer un climat positif au sein de Ubisoft.

Enfin, Yannis Mallat, dirigeant des studios canadiens d’Ubisoft, démissionne avec effet immédiat de son poste. L’entreprise le juge en effet incapable d’assumer ses responsabilités après les nombreuses allégations produites par les salariés canadiens.

Par ailleurs, Yves Guillemot a également tenu à s’exprimer. Le PDG d’Ubisoft semble effectivement déterminer à vouloir transformer en profondeur Ubisoft. De précédents témoignages parlaient de prises de conscience au sein de la firme, et elles semblent se confirmer aujourd’hui. Une forme de victoire, sans doute, pour tous les salariés ayant eu le courage de s’exprimer jusqu’ici.

Ubisoft n’a pas été en mesure de garantir à ses collaborateurs un environnement de travail sûr et inclusif. Ce n’est pas acceptable. Tout comportement toxique est en opposition totale avec les valeurs avec lesquelles je n’ai jamais transigé et avec lesquelles je ne transigerai pas. Je suis plus que jamais déterminé à mettre en œuvre des changements profonds afin d’améliorer et renforcer notre culture d’entreprise.

Alors que nous nous engageons collectivement à construire un Ubisoft meilleur, j’attends de tous les managers du Groupe qu’ils accompagnent leurs équipes avec le plus grand respect. J’attends également d’eux qu’ils s’attèlent à mener ce changement nécessaire, avec comme ligne de conduite ce qui est le mieux pour Ubisoft et tous ses collaborateurs.

Yves Guillemot

Après la démission de Maxime Béland, la mise à pied de François Tommy et le licenciement d’un salarié au Canada, Ubisoft semble en effet déterminé à installer le changement dans ses rangs. Une vingtaine d’enquêtes serait actuellement en cours à l’encontre de différents salariés de la société. Les conclusions seront partagées dès qu’elles seront rendues à Ubisoft.

Le précédents articles sur le harcèlement chez Ubisoft

Après m'être plongé dans des esprits aussi torturés que brillants et vécu des expériences dont la singularité n'égale que leur étrangeté, j'ai décidé de jouer. Alors je joue :)

6

  1. Merci pour l’article, mais une relecture ne ferait pas de mal. 😉

    • En effet les pleurs du petit dans les oreilles pendant la rédaction, c’est pas le mieux :(.
      C’est corrigé, merci de ton alerte !

  2. Merci pour l’article matinal, il reste encore quelques tournures de phrase qui compliquent la lecture, exemple “de Ubisoft” au lieu d’Ubisoft.

    • Il est aussi question de François Tommy. Le nom prénom peut porter à confusion non? 😉

  3. ont s’en tape de se qui se passe chez Ubisoft c leur problème ou alors parlé aussi de Mercedes et les autres affaires en cours pour harcèlement a se la jouer BFMTV autant le faire correctement…

    • Quel rapport entre Mercedes et le jeu vidéo? On s’en tape, de ton avis.

Vos réactions

Mot de passe oublié