Interview de Matt Booty : comment Microsoft fera de la Xbox Series X un futur succès

Le magazine britannique, MCV/Develop, a publié dans son édition de Janvier 2020 une longue interview qu’ils ont réalisé avec Matt Booty, directeur des Xbox Game Studios. Il y est question de la Xbox Series X, de la concurrence avec Sony et du Game Pass.

Le lancement de la Xbox Series X

Seth Barton, le journaliste en charge de l’interview, revient avant tout la compatibilité ascendante des accessoires avec la Series X. Matt Booty réaffirme alors la compatibilité descendante des jeux de lancement de la console.

Au fur et à mesure que nous sortons notre contenu pour la prochaine année – ou deux – un peu comme il existe sur PC, tous nos jeux fonctionneront sur l’ensemble de notre famille d’appareils. Nous voulons que quelqu’un qui investit son argent dans la marque Xbox entre maintenant et la [Series X], ne se sente pas perdant et sache que nous avons du contenu pour lui.

On a donc bien une confirmation de la possibilité de jouer aux titres de lancement de la Series X et ceux de l’année suivante également sur les Xbox One/X. Matt Booty rappelle qu’il n’y a aucune pression de mise sur les développeurs – first-party ou tiers – pour proposer leur jeu le jour J du lancement. Effectivement, Xbox devrait miser sur quelques IP fortes pour promouvoir le nouveau hardware.

Notre approche est de choisir une ou deux IP sur lesquelles nous allons nous concentrer et être certains qu’elles soient prête pour le lancement, utilisant toutes les possibilités offertes. Pour nous ce sera Halo Infinite, ce qui est une grosse opportunité. C’est la première fois en quinze années que nous aurons un Halo en parallèle d’une sortie de console. Et je peux vous dire que cette équipe va clairement faire usage de tous les avantages de la Series X.

Comme on pouvait s’y attendre, Booty confirme la présence de Halo Infinite comme titre de lancement de la Xbox Series X et les joueurs devraient en prendre plein les yeux. L’origine du second titre est toujours un mystère, il faudra patienter encore pour en savoir plus.

Matt Booty évoque Sony

L’interview se poursuit en questionnant la force du Master Chief et des Xbox Game Studios face aux studios de Sony. Une question que bon nombre de joueurs se posent et qui ne manquera pas de ressortir d’ici la fin d’année. Booty en a immédiatement profité pour souligner le rôle que les studios first-party de Sony ont joué sur la génération actuelle.

Premièrement, Sony a fait un excellent travail en général, en réussissant à créer une audience, en terme de ventes de consoles – bien évidemment – et des jeux géniaux provenant de leurs studios. J’essaie de ne pas avoir une vision “un contre un” avec Sony. Je penses que c’est à nous de nous focaliser sur trois choses :

Nous devons tenir nos engagements. Si nous annonçons la sortie d’un jeu a telle période, il faut que l’on respecte cette fenêtre. Nous devons simplement devenir meilleur dans notre exécution.

Nous devons aussi maintenir un niveau de standard élevé, et que nous sortions des jeux dont nous pouvons être fier et les fans aussi.

En dernier lieu, nous devons continuer à construire des personnages, histoires et mondes qui transcendent les générations, appareils et plateforme. Quand vous prenez les personnages Marvel ou Le Seigneur des Anneaux, ces personnages [Marvel] ont été créés dans les années 1960. Personne ne savait alors ce qu’était Netflix.[…] Nous sommes content d’avoir des mondes et univers comme Halo où les personnages peuvent être des vecteurs à des séries TV, livres, comics et autres jouets.

Des engagements clairs avec, comme le souligne Barton, un dernier point qui peut rappeler les discours transmédia du lancement de la Xbox One en 2013. Néanmoins, le ton est beaucoup plus mesuré et de nombreux indicateurs tendent à montrer que le groupe a appris de ses erreurs.

Xbox et les rachats de studios

Les questions qui suivent s’intéressent aux Xbox Game Studios et notamment à la possibilité d’en recruter de nouveaux. Booty répond alors avec précaution mais insiste sur la cohésion entre les équipes comme pierre angulaire :

Il se pourrait ou non, que nous faisions l’acquisition d’autres studios dans le futur. Nous avons atteint un point où nous en avons fini avec notre phase d’ajout de studios. C’est une énorme tâche à accomplir pour les intégrer correctement, que chacun se sente à l’aise. Chaque studio a sa propre culture, sa manière de penser. On a consacré beaucoup d’énergie pour leur assurer à chacun qu’on ne toucherait pas à leur culture, qu’il resterait unique. Cette étape est finie et nous sommes passés à nous occuper des jeux.

Booty fait bien de rappeler que acheter autant de studios et si rapidement implique un fort besoin de gestion et de synergie pour que la structure fonctionne correctement. Il y avait un temps difficilement compressible d’adaptation qui est maintenant derrière eux.

[…] Nous pourrions continuer d’acquérir des studios et un jour se réveiller et dire ‘attendez une minute, il nous faut des jeux’. il faut qu’on garde le but ultime en tête, à savoir que nous avons un flux constant de jeux.

Il rappelle, comme nous vous l’avions évoqué dans notre article de novembre dernier, que Microsoft envisage sortir un nouveau jeu tous les trois à quatre mois. Cela rejoint le point du respect des fenêtres de sortie annoncée : la situation peut très vite devenir compliquée si un jeu se voit décalé.

Les relations entre Xbox Game Studios

Les relations entre équipes ont été une autre raison de stopper le processus d’achat :

On a cette superbe collection de 15 leaders de studios, et si nous sommes continuellement en train d’acquérir de nouvelles structures, il y aura toujours quelqu’un pour être ‘la nouvelle personne’, vous aurez toujours les anciens studios et les nouveaux, et vous n’avez pas cette situation où ils se considèrent comme des partenaires et partagent leurs connaissances et expérience. Oui, nous les voyons comme un groupe de partenaires.

L’émulation inter-studios et le partage des ressources est donc au centre du management que veut la marque. Qu’en est-il de l’homme en charge de coordonner ces hommes et femmes ? Comment perçoit-il son action ?

Par principe, j’essaie de rester en dehors au maximum du processus créatif. La dernière chose dont nos studios ont besoin est de ma présence à chaque étape. J’adore créer des jeux, j’aime la conception artisanal du jeu vidéo. Si ils acceptent ma présence, je m’assoie toute la journée à côté de ceux qui créent les jeux et discutent avec eux. Mon rôle est de rester neutre et de m’assurer que les studios ont bien toutes les ressources à leur disposition plutôt que de jouer au game designer.

Une approche nettement moins intrusive que ce que l’on pourrait imaginer, note Seth Barton. Avec Halo Infinite en fer de lance pour la Xbox Series X, on pourrait se demander si certains effectifs des autres studios ont été transférés pour travailler sur le titre. Booty est catégorique à ce sujet et précise bien que chaque studio travaille sur ses propres IP.

Certains studios ont plusieurs équipes. Par exemple, nous avons annoncé Everwild, la nouvelle IP de chez Rare ; c’est une seconde équipe que nous formons sous la direction créative de Louise O’Connor, qui existe en parallèle de l’équipe de Sea of Thieves. Il y aura deux équipes. Tout comme 343 [Industries, ndlr] travaille sur Halo Infinite, mais travaille également à l’arrivée de Halo Reach sur PC  au sein de la Master Chief Collection. Ce que nous ne faisons pas c’est diviser les équipes. Chaque studio a ses outils, ses technologies. Ils partagent de nombreuses informations, techniques et expertise. Mais nous ne voulons pas faire bouger les équipes de studio en studio.

Le Xbox Game Pass : entre jeux solo et Game As Service

Le dernier point abordé dans l’interview se concentre sur le Xbox Game Pass. Il y a quelques jours encore, nous vous rapportions la viabilité du service de Microsoft d’apres Phil Spencer et le patron de Xbox aurait également dit en présentant le service qu’il était “un endroit idéal pour les jeux ayant un début, un milieu et une fin”. Il est fait référence ici, aux jeux solos nécessitant entre 15 et 20 heures de jeu comme The Outer Worlds contrairement aux GaaS (Games-as-a-service ou jeu service) comme le sont Sea of Thieves ou State of Decay 2. Pour Booty, le Game Pass permet aussi bien d’accueillir le premier genre tout en offrant la possibilité au second d’exister au sein de la même offre.

[…] Nous n’essayons pas d’être dirigiste sur le contenu, mais ce qui est génial avec le Game Pass, c’est que nous n’avons pas à nous soucier de cela. Le Game Pass est devenu le service, il est devenu la structure. Dans notre processus de validation, je n’ai plus besoin de demander : ‘Quelle est votre plan de service, celui de monétisation, allez-vous proposer des DLC par la suite ?’. Nous n’avons plus besoin de ses questions, les équipes peuvent directement aller créer les jeux qu’ils veulent.

Donc je vous retourne la question, devrait-il y avoir plus de jeux solos standalone qui durent une vingtaine d’heures ? The Outer Worlds se porte plutôt bien. Il y a peut-être un manque dans ce type de jeu actuellement et que les gens aiment les jeux qui se jouent sur une vingtaine d’heures avec un début, un milieu et une fin. Pour autant, on ne se soucie plus de cela non plus. Prenez Bleeding Edge qui structurellement ressemble de plus en plus à un titre free-to-play – qui se rapproche d’un game as service – qui s’en sortira sans problème dans le Game Pass. En comparaison, si nous sortons un autre jeu comme Hellblade ou Outer Worlds, qui prend douze heures ou 25 heures à finir, puis se conclut. C’est très bien pour le Game Pass aussi. Voilà la force du Game Pass.

C’est une approche intéressante : là où nous pouvons être nombreux à voir dans le service un vivier pour une renaissance des titres AA – ces fameux jeux linéaires auxquelles nous jouions traditionnellement durant l’âge d’or des ventes physiques – il y a aussi un gros potentiel en tant que fournisseur de jeux “service”, sans le besoin de monétiser chaque action pour le joueur. Comme le dit Matt Booty :

Vraiment, il y a du contenu pour n’importe quel type de joueur. C’est ce que les joueurs peuvent attendre du service.

Une position confiante qui s’inscrit dans la tendance actuelle autour de Xbox et laisse présager un bel avenir pour les futurs titres. Qu’en pensez-vous ?

En découvrir plus sur la Xbox Series X

4

  1. Ça s’annonce prometteur ! Hâte d’en voir +

  2. Merci pour le papier les gars. Une interview bien longue et très intéressante sur la vision du bonhomme qui à le mérite de transpirer la confiance. Au delà de l’aspect marketing, je trouve les petits gars de Microsoft très sûr d’eux et très à l’aise avec la future gen.

    • Il y a clairement une vague de sérénité et de confiance qui plane chez Xbox, et même Microsoft en général, en ce moment qui fait plaisir à voir.

  3. C’est vrai que le line up de MS ce sont les jeux qui sortent mais aussi le gamepass

Vos réactions

Mot de passe oublié