Xboxsquad-OST-thumbnail2

Final Fantasy XV

4K Ultra HD Enhanced Xbox One X HDR Windows 10 Xbox Game Pass Console Xbox Game Pass PC Xbox One
Voir sur le Microsoft Store

JukeXbox – Piste 12 | Final Fantasy XV

Avec JukeXbox, nous vous proposons chaque semaine de découvrir les bandes originales des jeux sortis sur Xbox qui ont marqué l’équipe de XboxSquad. Aujourd’hui, au tour de Fab de raconter ses émotions musicales sur Final Fantasy XV.

Si Final Fantasy est une licence culte, on ne peut pas en dire autant de tous ses représentants. Certains épisodes ont en effet su faire l’unanimité et rassembler les joueurs tandis que d’autres ont largement divisé. C’est notamment le cas de Final Fantasy XV, mal aimé, boudé par une partie de la presse et des gamers. Après 10 ans d’un développement chaotique, celui qu’on appelait à l’origine Final Fantasy Versus XIII a pourtant su me marquer durablement. Et si l’aventure vécue est si particulière à mes yeux, c’est sans aucun doute pour ses personnages, bien plus développés que ce que l’on peut croire, et à la magie des musiques de Yoko Shimomura.

Mon épopée dans l’univers de Final Fantasy XV débute quelques temps avant la sortie du jeu. Les développeurs ont en effet imaginé l’œuvre comme une constellation d’ouvrages dont les différentes parties forment un tout particulièrement riche et cohérent.  C’est ainsi donc que j’ai pu visionner, comme d’autres, Kingsglaive, un film d’animation qui relate des événements qui se déroulent en parallèle de ceux vécus dans le jeu. On y découvre certains personnages essentiels de Final Fantasy XV mais aussi d’autres qui n’apparaissent que dans ce film. Je ne reviendrai pas sur l’histoire et la manière dont jeu et film se mêlent mais je me souviens très particulièrement d’une scène de Kingsglaive.

Alors que le spectateur assiste à ce qui semble être une soirée de fête, nous comprenons que les intentions du Roi Régis et de l’Empire de Niflheim sont bien plus complexes que perceptibles jusqu’alors. Et si les peuples et les dirigeants fêtent la paix qui s’annonce, en coulisse un autre sort se joue. C’est précisément à l’ouverture de cette scène de faste que les premières notes de Somnus se font entendre. Une partition principalement jouée au piano, au ton résolument dramatique et que la voix de de Andrea Hopkins ne fait que sublimer. Découverte par bribe dans le film, la même musique nous accompagnera en jeu. Elle s’y révèle alors totalement, puissante, bouleversante, en accompagnant certains des passages les plus mémorables de Final Fantasy XV. Une force qui se ressentira d’ailleurs dans la majorité de la bande-son de l’œuvre et qui m’aura fait ressentir, plus que de raison, les émotions des différents protagonistes.

Loin d’avoir été spécialement créé pour Final Fantasy XV, Somnus est un morceau composé en 2008 par Yoko Shimomura. Le texte, chanté en latin, y fait référence à un dieu plongé dans un profond sommeil et à une lutte entre la lumière et les ténèbres. Une composition qui fait idéalement écho aux thématiques du jeu et à l’expérience tant du spectateur que du joueur. Une composition qui semble être au cœur même de la création de Final Fantasy XV… jusqu’à faire figurer un personnage qu’on imagine divin, assoupi, sur le titre de l’œuvre.

Avec Somnus et le reste de sa bande-son, Final Fantasy XV m’a charmé. Une œuvre mature et personnelle qui a laissé sur moi son empreinte. Jusqu’à sa scène de fin, définitivement inoubliable pour qui aura su, parfois avec résilience, suivre l’aventure, l’évolution et les motivations du Prince Noctis, devenu Roi Élu.

Nous nous retrouvons la semaine prochaine pour un épisode consacré à Lollipop Chainsaw.

Épisodes précédents :

Après m'être plongé dans des esprits aussi torturés que brillants et vécu des expériences dont la singularité n'égale que leur étrangeté, j'ai décidé de jouer. Alors je joue :)

Vos réactions

Mot de passe oublié