JukeXbox – Piste 19 | Gears 5

Avec JukeXbox, nous vous proposons chaque semaine de découvrir les bandes originales des jeux sortis sur Xbox qui ont marqué l’équipe de la Xboxsquad. Cette semaine, Fab renfile son armure, enlève la sécurité sur son Lanzor et nous livre ses impressions sur L’OST de Gears 5.

Gears est une licence iconique de l’univers Xbox. Associée à la marque américaine depuis son premier épisode sorti en 2007 sur Xbox 360, la saga est devenue un symbole des consoles de salon de Microsoft. Cependant, avec le départ d’Epic Games et l’arrivée de The Coalition aux manettes, le prestigieux TPS a perdu de sa superbe. Gears 4 était bien en dessous de la trilogie originale et Gears 5, s’il améliore bien des choses, ne réussit pas encore à se hisser au niveau des attentes des fans. Néanmoins, s’il y a bien un élément qu’on ne peut attaquer sur cet épisode, au-delà de sa technique sans faille, est sans aucun doute sa bande son.


Composée par Ramin Djawadi, la bande originale de Gears 5 atteint en effet de nouveaux sommets. Il faut dire que l’homme n’est pas un inconnu et a déjà fait ses preuves. Déjà sur Gears 4, il avait su insuffler un caractère inédit au titre mais en dehors du jeu vidéo, le compositeur brille également. Longtemps associé à Hans Zimmer, c’est à Ramin Djawadi que l’on doit la bande son de Iron Man ou Pacific Rim au cinéma. Du côté des séries télévisées, l’homme est également à l’origine de la bande originale de Game Of Thrones ou, plus récemment, de l’excellente bande son de Westworld. Avec Ramin Djawadi, Gears gagne en intensité dramatique. Il dépasse le simple cadre du TPS pour nous plonger dans son récit, offrir de la matière, de la densité à des personnages jusqu’ici assez caricaturaux. Il acquiert une dimension épique que la musique des précédents opus n’avaient pas encore réussi à lui offrir avec tant de maîtrise. Le thème de Kait est en cela parfaitement représentatif de la teneur globale de l’ouvrage. Il sert d’ailleurs de base, de matière première à de nombreuses déclinaisons que l’on croise le long de notre aventure. Tantôt mélancolique, tantôt héroïque, le mélange de violons et de percussions offre un large spectre d’émotions. Une composition qui fait écho aux doutes, aux choix, aux sacrifices mais aussi à la force que Kait incarne dans ce Gears 5. Une réussite, tout simplement.

 

Nous nous retrouvons la semaine prochaine pour un épisode consacré à Sayonara Wild Hearts.

Épisodes précédents :

Après m'être plongé dans des esprits aussi torturés que brillants et vécu des expériences dont la singularité n'égale que leur étrangeté, j'ai décidé de jouer. Alors je joue :)

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription